MAROC
04/12/2018 12h:22 CET

Mondial 2030: Le président de l'UEFA s'oppose à une candidature du Maroc avec l'Espagne et le Portugal

Et ne défendra que les candidatures européennes.

ASSOCIATED PRESS

FOOTBALL - Football et politique ne font pas bon ménage. Alors que le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez, avait proposé au Maroc, lors de sa visite officielle à Rabat le 19 novembre dernier, de se joindre à l’Espagne et au Portugal pour organiser ensemble le Mondial 2030, le son de cloche du côté de l’Union européenne des associations de football (UEFA) est radicalement différent. Le président de l’instance dirigeante du football européen, Aleksander Ceferin, s’oppose à une offre conjointe des trois pays et fait part de sa colère à l’encontre des politiciens.

“Je ne suis pas favorable aux organisations inter-continentales”, a déclaré le haut responsable après une réunion du Comité exécutif de l’UEFA, hier à Dublin.“Présenter ou accorder une candidature n’est pas le travail des politiciens”, a averti Ceferin, surpris par l’initiative du gouvernement espagnol, qui s’est prononcé en faveur d’une candidature avec le Maroc sans s’être préalablement entretenu avec les dirigeants de l’organisation. 

“Quelqu’un devrait dire aux dirigeants politiques que cela ne dépend pas d’eux, je vois plusieurs personnes qui parlent de candidatures alors qu’elles devraient demander à leurs propres fédérations”, a poursuivi, irrité, le patron du football européen, selon l’agence de presse espagnole EFE. Pour lui, le football est au-dessus de la politique et la Coupe du monde est son affaire. “Je ne suis pas d’accord, je ne suis pas favorable au mélange de candidatures. L’UEFA défendra les candidatures européennes”, a souligné Ceferin dans un entretien accordé au média AS.  

L’Espagne avait proposé au Maroc de soumettre une candidature conjointe, aux côtés du Portugal, pour le Mondial 2030. Une proposition formulée à l’occasion de la visite effectuée dans le royaume il y a deux semaines par Pedro Sanchez, le président du gouvernement espagnol. La proposition aurait été “reçue de manière favorable par les autorités marocaines”, indiquait alors El Pais, précisant que la proposition de Sanchez avait été soumise au chef du gouvernement, Saad-Eddine El Othmani, et au roi Mohammed VI.