MAROC
06/06/2018 18h:14 CET

Mondial 2026: Pourquoi l'Afghanistan soutient le dossier nord-américain

L'étau semble se resserrer autour du dossier marocain.

SERGEI KARPUKHIN / REUTERS

MONDIAL 2026 - Un soutien de moins pour le royaume... Après avoir rencontré des membres de la délégation de United 2026, la Fédération afghane de football s’est prononcée, dans un communiqué, en faveur du dossier nord-américain auquel elle donnera son vote. Ainsi, l’étau semble se resserrer autour de la candidature marocaine, actuellement en quête de derniers alliés sur le continent européen. 

 “La Fédération de football d’Afghanistan soutient le dossier conjoint du Canada, du Mexique et des Etats-Unis #united2026 pour la coupe du monde FIFA 2026” 

En avril dernier, le président Donald Trump avait agité le spectre des sanctions politiques sur les pays qui ne soutiendraient pas le dossier américain. Des menaces qui ne semblent pas avoir été prises à la légère par l’Afghanistan. Après le Libéria et l’Afrique du Sud, cette prise de position confirme, une fois de plus, la dimension géopolitique de cette course à l’organisation de la Coupe du monde 2026 et au verdict toujours incertain à quelques jours du congrès de la FIFA à Moscou. 

Toutefois, ce ralliement de l’Afghanistan à ses “ennemis-alliés” américains n’est pas surprenant pour le spécialiste en géopolitique du sport et auteur du livre “Football Investigation, les dessous du football en Russie”, Jean-Baptiste Guégan. “Il faut comprendre le positionnement de l’Afghanistan ainsi: les États-Unis leur ont rappelé que pour eux, l’organisation du Mondial est un enjeu de puissance sur tous points de vues. Pour la visibilité, l’attractivité, l’influence et aussi pour montrer qu’ils sont une puissance globale”, explique au HuffPost Maroc le spécialiste, qui ajoute que les Américains ont tout simplement appelé leurs partenaires à être solidaires car il est, pour eux, hors de question de perdre.

Si la Fédération afghane se dit convaincue que “le Canada, le Mexique et les Etats-Unis seront des hôtes exemplaires pour la Coupe du Monde de la FIFA 2026” et “que le succès de leurs efforts profitera à la communauté du football et aidera le sport à prospérer”, appelant au passage d’autres fédérations de football à leur emboîter le pas, pour Jean-Baptiste Guéguan, le pays n’a surtout pas d’autre choix que de coopérer. 

“Bien que l’Afghanistan soit un État souverain, dont la gouvernance a été élue par le peuple afghan, certes dans des conditions imparfaites, et qu’on ne peut pas le présenter comme un pays occupé, il est très clairement sous influence américaine”, affirme-t-il. En effet, une bonne partie du financement des programmes de développement proviennent de fonds américains et sont corrélés à l’aide américaine, en plus d’une forte présence militaire américaine à nouveau sur le territoire afghan depuis l’élection de Donald Trump. “Les Etats-Unis sont toujours en mission en Afghanistan”, rappelle Guéguan.

Le Maroc peut toujours surprendre 

D’après lui, les récentes prises de position politiques de certains pays dans cette course au Mondial signifient que les enjeux visiblement élevés présentent un potentiel risque que la candidature américaine soit balayée. Pour Jean-Baptiste Guéguan, la candidature du Maroc est très menaçante, ce qui pourrait inciter de nombreux États à la soutenir, en particulier les pays sous influences russes et chinoises. “En clair, des pays qui souhaitent la défaite américaine”, ajoute-t-il. 

“Depuis le tweet du président américain où il menaçait les États alliés des Etats-Unis à l’ONU qui ne voteraient pas pour la candidature nord-américaine, les pays s’alignent un à un. Les Américains ont pris peur face à la montée des soutiens en faveur du Maroc qui s’est habilement positionné comme candidat africain, panarabe et en relation direct avec l’Europe”, poursuit-il. 

“Il y a six mois, lorsque l’on comparait les dossiers marocains et nord-américain, il était évident qu’il y avait un différentiel de force et de puissance à tous les niveaux... A l’heure actuelle, le scrutin est incertain, ce qui a poussé la FIFA à faire sortir une commission d’évaluation qui est tout sauf indépendante puisqu’elle est composée de membres de la FIFA, avec un Gianni Infantino à sa tête, qui a tout intérêt à ce que le dossier américain l’emporte”, avance le spécialiste.

“Avec tout ce qu’il a fait jusque-là pour que les Etats-Unis obtiennent le Mondial, sa place n’est plus garantie s’ils perdent. Et la défaite de la stratégie Infantino signifierait qu’il ne bénéficie pas d’un rapport de force géopolitique favorable et que les fédérations du monde entier ne le suivront plus. Puis, soyons réalistes, le dernier a avoir bravé les États-Unis, c’est Sepp Blatter, et on a vu ce que cela a donné: scandale monstrueux à la FIFA après la défaite américaine contre le Qatar pour le Mondial 2022, les Etats-Unis via le FBI ont attaqué, les têtes sont tombées”, rappelle-t-il. 

A quelques jours du verdict, le Maroc conserve-t-il une chance finalement de remporter l’organisation du Mondial 2026? “Il peut l’emporter, il n’a en tout cas jamais eu autant de chances que maintenant, il n’est jamais allé si loin. Mais je reste persuadé qu’au dernier moment, tout le monde s’alignera sur le dossier américain qui est, soyons objectifs, nettement plus solide”, conclut Jean-Baptiste Guéguan.