MAROC
17/03/2018 20h:19 CET

Mondial 2026: Gros moyens et grandes ambitions pour le dossier de candidature du Maroc

Une question cruciale revient sur toutes les lèvres: combien va nous coûter l’organisation de cette compétition?

Morocco 2026

FOOTBALL - Minutieusement préparé ces derniers mois, le “Bid book”, le dossier de candidature du Maroc pour l’organisation du Mondial 2026, déposé jeudi 15 mars à Zurich, a été dévoilé en grande pompe ce samedi 17 mars lors d’une conférence de presse à Casablanca présidée par Moulay Hafid Elalamy, président du comité de candidature.

Devant un parterre de personnalités du monde sportif, politique, économique et associatif, l’homme derrière la candidature du Maroc a levé tous les mystères autour du dossier gardé secret depuis deux mois. “Les précédentes candidatures du Maroc étaient beaucoup plus légères pour de multiples raisons. Les récents changements importants opérés au sein de la Fifa ont entraîné un changement de procédures. Nous sommes un peu les cobayes de ces nouvelles procédures” a-t-il précisé.

Réalisé en un temps record par une équipe de 80 personnes, la tâche n’a pas été facile pour ce “Bid book”: nuits blanches et même une “war room”, une salle de “guerre”, aux conditions certainement stressantes, afin d’avancer rapidement et efficacement sur le projet. “Voilà pourquoi nous avons disparu pendant deux mois, nous n’avions pas le temps de communiquer”, explique Moulay Hafid Elalamy. Une absence qui a permis de concocter, à l’abris des regards, un dossier béton et une stratégie de communication bien ficelée.

Gros moyens et grandes ambitions

40.000 pages, 24 sections dont aucun élément n’a fuité, que comprend réellement ce “Bid book”? Comment le Maroc défend-il sa candidature face aux géants américains? Quelles sont les villes marocaines sélectionnées? Mais surtout, la question cruciale qui revient sur toutes les lèvres: combien va nous coûter l’organisation de cette compétition?

15,8 milliards de dollars, c’est le budget total alloué à l’organisation de ce mondial. 3,2 milliards proviendront du privé, 12,6 milliards seront financés par le secteur public. Un gros montant qui devrait permettre de financer les nombreuses infrastructures prévues à l’horizon 2026, soit 14 stades, 130 terrains et 21 hôpitaux aux normes internationales.

Les stades et infrastructures sportives nécessiteront un investissement de 3 milliards de dollars, le secteur hôtelier investira 3,2 milliards et 9,6 milliards sont déjà planifiés/couverts par le budget de l’Etat et iront donc aux autres infrastructures publiques (dont 1,1 milliard de recettes fiscales).

Morocco 2026

Des chiffres qui donnent le tournis mais qui engendreront environ 2,7 milliards de dollars de retombées économiques pour un mondial qui devrait créer près de 110.000 emplois. “L’organisation du Mondial 2026 contribuera à l’accélération de la construction des infrastructures répondant aux normes internationales. Cet événement de taille permettra également au Royaume de se faire connaître et de promouvoir sa diversité culturelle ainsi que celle du continent africain auprès des 48 pays participants”, a souligné Elalamy.

Pour ce qui est des 12 villes sélectionnées pour abriter les matchs de la compétition, il s’agira de Casablanca, Rabat, El Jadida, Tanger, Tétouan, Oujda, Nador, Marrakech, Ouarzazate, Agadir, Fès et Meknès.

Les 5 piliers du mondial

Cinq piliers stratégiques fondent la base de cette candidature pour répondre aux exigences imposées, même si Moulay Hafid Elalamy assure que le Maroc ne va pas “transformer la stratégie du pays pour coller aux exigences de la Fifa”. Ce sont donc cinq axes qui s’articulent autour des joueurs, des supporters, de la Fifa, du Maroc et de l’Afrique et du monde, et devraient constituer les points forts du dossier.

Pour Moulay Hafid Elalamy, le Maroc offrira aux joueurs la possibilité de bien se reposer entre les matchs puisque la distance entre les différentes villes hôtes ne dépasse pas les 550 Km.

Le Maroc table aussi sur sa position géographique “au centre du monde et porte d’entrée de l’Afrique”, pour faciliter le déplacement pour bien nombre de gens. Les ressortissants de 70 pays pourront d’ailleurs se rendre au Maroc sans visa pour supporter leur équipe et sans être confronté à un important décalage horaire.

Par ailleurs, le fuseau horaire favorable à la diffusion des matchs dans les quatre coins du monde permettra à la Fifa de maximiser ses profits puisque plusieurs pays pourront payer les droits de diffusion du Mondial 2026.

Durant la conférence, le président du comité a également mis en avant un autre point fort, à savoir le climat de sécurité dont dispose le royaume et les richesses et diversités du patrimoine qui devraient séduire beaucoup de touristes.

En somme, beaucoup de points positifs, mais reste à savoir si les efforts déployés porteront leurs fruits face aux rivaux américains. Verdict le 13 juin prochain.

LIRE AUSSI: Le Maroc dévoile son spot officiel pour l’organisation du Mondial 2026