MAROC
28/06/2018 13h:23 CET

Mondial 2018: l'arbitrage au coeur d'une conférence de presse de la FIFA ce vendredi

La VAR est sous le feu des critiques.

Maja Hitij - FIFA via Getty Images

FOOTBALL - La FIFA tiendra sa deuxième conférence de presse sur l’arbitrage ce vendredi 29 juin, après la fin de la phase de groupes, annonçait il y a quelques jours la fédération internationale de football. Cette dernière donne de plus amples détails ce 28 juin, dans un communiqué.

“Le président de la commission des arbitres de la FIFA, Pierluigi Collina, et le directeur de l’arbitrage de la FIFA, Massimo Busacca, réfléchiront aux questions d’arbitrage pendant les 48 matches de groupes, y compris l’analyse détaillée des différentes situations”, indique le communiqué.

Il sera possible de suivre en direct la conférence de presse, qui se tiendra demain au Stade Luzhniki de Moscou à 15h00 heure locale (13 heure au Maroc), sur le site de la FIFA, poursuit la même source. 

Une première conférence de presse qui portait également sur l’arbitrage avait été organisée avant le coup d’envoi du Mondial, le 12 juin dernier. Les échanges avec la presse avaient pu développer les questions dédiées à la préparation des arbitres, des arbitres assistants et des arbitres assistants vidéo (VAR).

La technologie proposée pour la première fois en Coupe du monde est sous le feu des critiques. La Fédération royale marocaine de football notamment saisit la FIFA pour dénoncer l’arbitrage des matchs Maroc-Portugal et Maroc-Espagne. La presse internationale, et notamment espagnole, n’a pas non plus manqué de souligner le recours discutable à la VAR qui a permis in extremis à l’Espagne d’égaliser lors du match l’ayant opposée aux Lions de l’Atlas.

Si Hervé Renard a également interrogé dans des déclarations un arbitrage préjudiciable, d’autres sélectionneurs ont fait part de leur déception, notamment face au recours ou non à la VAR. “Selon moi, M. Infantino et la Fifa, tout le monde est d’accord sur le fait que la VAR ne va pas bien. C’est la réalité. Il y a eu beaucoup de plaintes”, a ainsi indiqué Carlos Queiroz, le sélectionneur portugais de l’équipe iranienne.  Il est dommage que l’ensemble du processus et du système avec l’arbitre vidéo ne fonctionne pas encore de manière optimale”, a déclaré pour sa part le sélectionneur du Brésil Tite.