MAROC
21/06/2018 16h:21 CET

Mondial 2018: la FIFPro regrette le retour précipité de Nordin Amrabat sur le terrain

Le protocole établi par la FIFA suite à une commotion cérébrale exige un repos d'au moins une semaine.

YURI CORTEZ via Getty Images

FOOTBALL - La polémique autour de la commotion cérébrale de l’ailier des Lions de l’Atlas ne cesse d’enfler. Après la FIFA et son courrier à la Fédération royale marocaine de football (FRMF), s’indignant des gifles administrées à Nordin Amrabat après un violent choc subi lors du match Maroc-Iran, c’est la Fédération internationale des associations de footballeurs professionnels (FIFPro) qui pointe du doigt le retour précipité du joueur marocain sur le terrain. 

Dans une déclaration à Press Association Sport, le syndicat mondial des joueurs met en avant le danger d’une reprise trop rapide et le fait que “le football n’a pas suffisamment progressé dans la gestion des commotions cérébrales”.

Le “guerrier” Nordin Amrabat

Si le protocole de retour au jeu établi par la FIFA en cas de commotion cérébrale pour un joueur exige au moins une semaine de repos, Nordin Amrabat a quand même disputé le match contre le Portugal, seulement cinq jours après le diagnostic établissant qu’il avait été victime d’une commotion cérébrale. Une décision vivement critiquée par les experts. 

“C’est un guerrier, il voulait jouer”, a expliqué pour sa part l’entraîneur de la sélection marocaine, Hervé Renard, aux journalistes après le match. “Il a mis la protection, mais il l’a enlevée. C’est parce que son esprit est incroyable et j’ai de la chance d’avoir un joueur comme lui […] Je ne suis pas responsable des questions médicales, les rapports médicaux sont lus par des personnes compétentes, moi je ne le suis pas, ensuite ils prennent leurs responsabilités et le joueur aussi prend ses responsabilités”, a poursuivi le sélectionneur, soulignant que le numéro 16 marocain a “fait un match exceptionnel”. 

“Un exemple épouvantable aux millions de fans et de joueurs du monde entier”

“Ceci est encore un autre exemple alarmant d’un joueur mis en danger. Amrabat est retourné à l’action trop tôt selon les directives médicales. La décision de permettre à ce joueur de jouer sur le terrain a non seulement mis en péril sa santé et sa carrière à court et à long terme, mais il a également donné un exemple épouvantable aux millions de fans et de joueurs du monde entier”, martèle de son côté la FIFPro, qui ne se laisse pas attendrir par les prouesses sportives du Marocain face aux Portugais lors du match disputé hier. 

La FIFPro en appelle même à la FIFA? qui doit “agir de manière décisive […] afin d’envoyer un message clair que les violations de ce protocole de sécurité vitale ne seront pas tolérées”. “Quatre ans après la débâcle de la dernière Coupe du Monde où plusieurs joueurs n’ont pas reçu de soins adéquats, le football n’a pas suffisamment progressé dans la gestion des commotions cérébrales”, regrette la FIFPro. Des préoccupations que partage l’association caritative britannique pour les traumatismes crâniens, Headway, qui estime également qu’il s’agit d’une violation des directives de la FIFA sur la manière de traiter ce genre de traumatisme.

De forfait à titulaire

Au cours du premier match en Coupe du monde du Maroc face à l’Iran, vendredi 15 juin, Nordin Amrabat avait été obligé de quitter le terrain à la 76e minute suite à un violent choc avec un joueur de la sélection iranienne, avant que sa tête ne heurte le sol. Le diagnostic des médecins avait indiqué un peu plus tard que le joueur marocain avait été victime d’une commotion cérébrale.

Le joueur âgé de 31 ans avait passé la nuit de vendredi à samedi en observation dans un hôpital de Saint-Pétersbourg. Samedi, l’encadrement de la sélection marocaine l’avait déclaré inapte pour la rencontre avec le Portugal. Le joueur avait rassuré les supporteurs marocains dans une vidéo qu’il avait lui-même postée peu après sur les réseaux sociaux. Le Dr Abderazzak Hifti avait ajouté que l’état de santé du joueur étant “stable et ne (suscitant) pas d’inquiétude”, qu’il devrait quitter l’établissement hospitalier samedi et “observer un arrêt d’entraînement d’une semaine”.

Rappelons que suite à cette deuxième défaite consécutive de 0-1 contre le Portugal, le Maroc n’a plus aucune chance de se qualifier pour passer les phases de poules en Coupe du monde. Il va donc falloir patienter encore quatre ans pour espérer voir les Lions de l’Atlas aller plus loin dans la compétition, à condition de parvenir à se qualifier pour le prochain Mondial, qui se jouera au Qatar, en 2022.