ALGÉRIE
09/06/2014 08h:58 CET | Actualisé 09/06/2014 09h:46 CET

Mondial 2014: La sélection camerounaise a finalement pris son avion pour le Brésil

afp

Coup de tonnerre à Yaoundé ce week-end, les joueurs de la sélection du Cameroun ne n'étaient pas venu au lieu de rendez-vous prévu par sa fédération à l'aéroport afin de prendre l'avion pour le Brésil.

Ce n'est pas leur premier coup (politique). De nombreux joueurs étaient arrivés en retard avant le dernier match de préparation face à la Moldavie pour montrer leurs mécontentements. Ils ont ajouté à cela le boycott de la traditionnelle levée du drapeau qui se déroule en la présence du Premier ministre camerounais. Cette fois c'est sur, les Lions sont déterminés à ne pas revivre les mêmes soucis extra-sportifs qu'ils avaient déjà subi pour la Coupe du monde 2002 en Asie. Ils n'avaient alors pas reçu leurs primes

Ou étaient-ils? Ils étaient restés à l'hôtel où ils avaient pris place avec l'encadrement pendant les dernières préparations tactique.

La cause de cette absence est simple et récurrente pour cette équipe et par extension pour de nombreuses formations africaines, "le paiement des primes ne sont pas garanties".

Malgré l'assistance de plusieurs représentants politiques qui tentaient de renouer le contact avec les joueurs, la menace de ne pas prendre l'avion a été finalement accomplie. Il n'en demeure pas moins vrai que le vendredi 6 juin le Comité de normalisation de la Fédération camerounaise publiait un communiqué via son site officiel déclarant "augmenter les primes" alloués au Lions Indomptables. Elles n'avaient donc pas été jugé satisfaisantes par les joueurs.

Les hauts responsables politiques continuaient alors de se réunir pour tenter de trouver une solution mais rien n'avait encore fait.

Pris à court d'idées et par le temps, le gouvernement et la fédération camerounaise a finalement lâché prise face à la menace des coéquipiers du capitaine Eto'o. Ils ont eu la garantie de percevoir les primes et aux tarifs exigés.

Comme le rappel le journaliste spécialisé dans le foot africain Hervé Penot sur sa page twitter:

"Ne pas voir seulement dans leur geste cupidité mais surtout défiance vis a vis des dirigeants. Marre d'être volé."

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.