ALGÉRIE
03/08/2019 12h:35 CET

Mokrane Aït Larbi appelle à la dissolution des partis de l'ex alliance présidentielle

Huffpost MG

L’avocat Mokrane Aït Larbi lance à nouveau le débat sur le devenir des partis de l’l’ex Alliance présidentielle qu’il qualifie d’entré des “partis de l’allégeance”.

Dans un post sur son compte facebook l’avocat droit de l’hommiste estime que “les partis de l’allégeance représentent la contre-révolution et doivent inévitablement être dissous”. 

“Les partis de l’allégeance véhiculent aujourd’hui la contre-révolution et menacent même l’avenir de la démocratie en entravant les revendications de la révolution pacifique. Il devient nécessaire à mon avis de les dissoudre par décret ou par décision de justice, et de récupérer leurs biens qui sont des biens de l’État », explique Me Aït Larbi. Pour étayer son propos l’avocat rappelle les expériences dans des pays qui ont connu des soulèvements populaire notamment le Tunisie l’Egypte ou encore l’Allemagne après la chute du mur de Berlin. Il faut rappeler, écrit l’avocat, que “des partis issus du pouvoir ont été dissous sous la pression populaire dans plusieurs pays tels que la Tunisie, l’Egypte, et l’Irak après la chute du régime de Ben Ali, Moubarek et Saddam. En Europe de l’Est, des partis sont tombés après l’effondrement du communisme et la chute du Mur de Berlin.”

Pour l’avocat, la dissolution de ces partis permettra la mise en œuvre des “articles 7 et 8 de la Constitution, consacrant ainsi la souveraineté réelle du peuple, seul maître de son destin”.

Et d’ajouter qu’il existait “sans doute au sein des partis de l’allégeance des militants et des cadres intègres qui œuvrent pour la démocratie et les libertés, reconnaît-il, mais les états-majors de ces partis ont soutenu le clan de la corruption pour servir leurs intérêts privés. Ces faits sont établis par les poursuites judiciaires engagées contre les chefs de ces partis et qui pourraient éclabousser d’autres responsables”.