ALGÉRIE
26/12/2015 06h:25 CET | Actualisé 26/12/2015 13h:21 CET

Le roi Mohammed VI et Abderrahmane Youssoufi rendent hommage à Hocine Aït Ahmed

DR

Le roi du Maroc, Mohammed VI a adressé vendredi 25 décembre un message de condoléances à la famille du défunt combattant de l'indépendance et militant de la démocratie en Algérie Hocine Aït Ahmed, décédé mercredi 23 décembre à Lausanne, en Suisse, rapportait hier l'Agence marocaine de presse (MAP). Abderrahmane Youssoufi, ancien responsable marocain de l'Union socialiste des forces populaires (USFP) a lui aussi tenu à rendre hommage à son ami "El Hocine".

Dans son message, Mohammed VI affirme avoir appris avec "affliction la triste nouvelle du décès de feu Ait Ahmed". Il a exprimé ses "vives condoléances et ses sincères sentiments de compassions" à la famille du défunt et l'ensemble de ses amis.

Le roi marocain a aussi regretté dans sa lettre la perte du "grand militant et nationaliste" pour son honorable famille et "l'Algérie soeur".

Le décès du fondateur du FFS "est également une perte pour le Maroc", a rajouté Mohammed VI dans son message, pays auquel le leader historique et le militant pour la démocratie "est lié par des liens familiaux solides et des relations fortes de fraternité, d’estime et de solidarité, puisés dans sa profonde croyance en le destin commun des peuples algérien et marocain frères", a rajouté la MAP.

"Symbole de tout le Maghreb"

Abderrahmane Youssoufi, ancien responsable de l'Union socialiste des forces populaires (USFP), est l'autre marocain qui a tenu à rendre hommage au grand leader de la révolution algérienne. Âgé de 91 ans, M. Youssoufi a tenu à rendre hommage à "El Hocine", vendredi 25 décembre au siège du FFS à Alger, rapporte ce samedi 26 décembre le quotidien francophone El Watan.

"J’ai connu El Hocine alors leader du Mouvement national algérien. Dès le premier jour, j’ai eu la conviction que la Révolution algérienne avait un grand leader", a-t-il indiqué, relayé par la même source.

"Personne, je dis bien personne, parmi les autres leaders maghrébins, n’a autant que lui cette foi et conviction profonde dans l’édification de l’Union du Maghreb, affirmait Abderrahmane Youssoufi. Hocine est un symbole pour tout le Maghreb. Il nous quitte aujourd’hui en laissant le testament de l’édification de l’Union maghrébine. Je suis certain que son testament sera respecté et donnera jour à une action positive".

Victime au début de l'année d'un accident vasculaire cérébral, Hocine Aït Ahmed, dirigeant historique de la lutte pour l'indépendance et militant de démocratie en Algérie est mort à l'âge de 89 ans.

Militant de la cause nationale depuis sa jeunesse, Hocine Aït Ahmed, est l'une des dernières grandes figures de la révolution algérienne. Il incarne surtout l'opposition démocratique en Algérie, en se positionnant, dès l'indépendance, contre le parti unique et la mise en place d'un système autoritaire.

Son corps sera rapatrié jeudi 31 décembre et enterré vendredi, le lendemain, à Aïn El Hammam.

Un deuil national de 8 jours a été décrété par le président Abdelaziz Bouteflika.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.