ALGÉRIE
01/12/2018 17h:37 CET | Actualisé 01/12/2018 17h:54 CET

Mohammed Ben Salmane en visite officielle dimanche et lundi en Algérie

Plutôt bien accueilli par les puissants du G20, MBS décide d'effectuer une visite de deux jours en Algérie

Reuters

Le Prince héritier, vice-président du Conseil des ministres et ministre de la Défense d’Arabie Saoudite, Mohammed Ben Salmane, entamera, à partir de demain dimanche, une visite officielle de deux jours en Algérie, à la tête d’une délégation de haut niveau, indique samedi un communiqué de la Présidence de la République.

De retour du sommet du G20, le prince héritier qui devait faire une escale de quelques heures à Alger, décide donc de transformer son escale algéroise en réelle visite d’Etat.

Le prince de 33 ans, qui signe son grand retour international après l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi à l’ambassade de son pays en Turquie, a été, plutôt bien accueilli par les puissants au G20. Échanges amicaux avec les présidents Russe et Chinois, bienveillance naturelle du président Américain et même une discussion cordiale avec le président Français. 

Revigoré par cet accueil, MBS rejoue au chef de l’Etat et choisi l’Algérie pour entamer son retour “triomphal” sur la scène international. 

La visite de MBS en Algérie, note le communiqué de la Présidence, s’inscrit dans “le cadre des relations fraternelles solides liant l’Algérie et le Royaume d’Arabie Saoudite”. Elle contribue, ajoute-t-on, à “la consolidation des relations privilégiées entre les deux pays et peuples frères et permettra de donner un nouvel élan à la coopération bilatérale et de concrétiser des projets de partenariat et d’investissement, en ouvrant de nouvelles perspectives aux hommes d’affaires, en vue d’augmenter le volume d’échange commercial et d’élargir le partenariat économique entre les deux pays”.

Elle permettra également de “relancer les différents ateliers bilatéraux issus de la 13ème session de la réunion de la commission mixte algéro-saoudienne, tenue à Riyadh en avril dernier et qui a été sanctionnée par la signature de plusieurs accords de coopération”, note la même source.

“La visite de son Altesse royale, le Prince héritier saoudien sera l’opportunité d’examiner et d’échanger les points de vue sur les questions politiques et économiques arabes et internationales d’intérêt commun, et à leur tête la question palestinienne et les situations dans certains pays frères, outre les évolutions du marché pétrolier”, conclut le communiqué.

Des Algériens disent non à la visite de MBS

Cet “engouement” officiel n’est pas partagé par tous les Algériens. Des intellectuels algériens dont le journaliste H’mida Layachi, l’écrivain Kamel Daoud ou encore le Président de l’association des oulémas musulmans, Aberrezak Guessoum, ont lancé, ce samedi 1er décembre, un Manifeste pour dire “Non” à la visite en Algérie de Mohamed Ben Salmane. 

Outre l’assassinat ignoble du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, les signataires de l’appel, rapporte le journal électronique TSA, dénoncent l’envoi de troupes au Yémen et le bombardement des populations désarmées. “C’est un autre exemple qui témoigne d’une conduite cruelle et anti-humaine”, soulignent les initiateurs du manifeste. 

Le chef du mouvement pour la société de la Paix (MSP), Abderrezak Makri, avait de son côté dénoncé cette visite et marqué son opposition à l’arrivée du prince héritier saoudien en Algérie.  

Pour le Président du MSP, “recevoir le prince héritier à ce moment précis désert l’image de l’Algérie et nuit à ses intérêts”

Cette opposition à la visite de MBS, faut-il le noter, est également partagée par beaucoup d’Algériens sur les réseaux sociaux.