11/06/2019 17h:41 CET | Actualisé 11/06/2019 17h:41 CET

Mohamed Benchaaboun lance officiellement les activités des organismes de placement collectif immobilier au Maroc

Le Royaume devient ainsi le premier pays de la région à introduire les OPCI.

Karim Tibari

ÉCONOMIE – Le ministère de l’Économie et des finances et l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) ont conjointement organisé ce mardi 11 juin, à Rabat, une rencontre dédiée au lancement effectif des activités des Organismes de placement collectif immobilier “OPCI” au Maroc.

Ouvrant les travaux de cette rencontre, le ministre de l’Économie et des finances, Mohamed Benchaaboun, a rappelé les efforts déployés ces dernières années par le gouvernement dans le sens du développement et de l’approfondissement du marché des capitaux et les objectifs de la mise en place du cadre juridique et réglementaire régissant les activités de placement collectif dans l’immobilier au Maroc. 

“Un placement moderne”

Le ministre de l’Économie et des finances a par ailleurs souligné “les caractéristiques intrinsèques des OPCI et les règles strictes les régissant en matière de gouvernance, de supervision ou d’investissement, font de ces instruments un placement moderne et de qualité.”

“Je suis convaincu que les OPCI contribueront à la diversification et à la modernisation des modes et instruments de financement de notre économie, à la dynamisation du marché des capitaux pour qu’il puisse jouer pleinement son rôle de mobilisation de l’épargne et son allocation efficiente au profit de l’investissement”, a ajouté le ministre.

Pour Mohamed Benchaaboun, les OPCI répondent d’une part aux besoins des investisseurs en termes de placement à long terme, adossé à des actifs immobiliers et basé sur des revenus locatifs, et leur offrent des avantages importants en termes de souplesse d’accès aux différents marchés de l’immobilier et de mutualisation des risques.

Du côté des entreprises, a-t-il ajouté, les OPCI devraient contribuer au développement d’une offre suffisante et de qualité en matière d’immobilier locatif dans les domaines du commerce et des services, de l’industrie et de l’hôtellerie et devront servir aussi comme instrument pour la mobilisation de nouvelles ressources par les entreprises et la restructuration de leur situation financière. 

L’introduction des OPCI est également de nature à contribuer à la professionnalisation et à la modernisation de l’industrie de la gestion d’immeubles et à l’optimisation de son coût pour les opérateurs économiques, a-t-il fait savoir.

Pour sa part, la présidente de l’AMMC, Nezha Hayat, a indiqué dans son allocution que l’Autorité marocaine du marché des capitaux a pris toutes les dispositions pour accompagner les acteurs du marché dans le déploiement de cette nouvelle activité et ce, notamment à travers l’adoption d’une circulaire aux standards internationaux, la préparation d’un programme de formation et l’élaboration de plusieurs guides destinés aux professionnels.

La présidente de l’AMMC a par ailleurs rappelé que le marché financier marocain a de nouveau fait preuve de dynamisme, en étant le premier pays de la région à introduire les OPCI, relevant que l’avènement des OPCI constitue une étape majeure dans la mise en œuvre de la nouvelle vision de développement d’un marché de capitaux contribuant activement au financement de l’économie. 

Opportunités d’un nouvel instrument

Cette conférence, à laquelle ont pris part des représentants de départements ministériels, des Autorités de Supervision, des secteurs bancaires et des assurances, et des entreprises publiques, mais aussi des représentants du Groupe Banque Mondiale, des bailleurs de fonds internationaux ainsi que des représentants de La Commission Nationale du Marché des Valeurs Mobilières d’Espagne “CNMV”, a été l’occasion de présenter le cadre législatif et réglementaire régissant les OPCI et de discuter des opportunités de financement et de placement qu’offre ce nouvel instrument sur le marché des capitaux marocain.

Les débats ont porté essentiellement sur les avantages que présente l’écosystème réglementaire afférent aux OPCI ainsi que leur potentiel en matière de mobilisation de nouvelles ressources et de structuration du marché immobilier professionnel.

Un workshop, organisé en marge de cette rencontre, a mis en lumière les enjeux de l’évaluation immobilière pour les OPCI ainsi que les modalités et les règles d’intervention de l’évaluateur immobilier d’actifs d’OPCI.

L’introduction des OPCI au Maroc s’inscrit dans le cadre des actions entreprises en vue de diversifier les moyens de financement de l’économie et de l’immobilier en particulier, de mobiliser l’épargne longue et de développer le secteur financier. Ces nouveaux véhicules d’investissement dont l’objectif principal est la construction ou l’acquisition d’immeubles en vue exclusivement de leur location, répondent tant aux besoins des opérateurs économiques qu’à ceux des investisseurs.

Régime créé en août 2016 par la promulgation de la loi n° 70-14 et cadré par des textes réglementaires, fiscaux et comptables, les OPCI sont des véhicules d’investissement réglementés ayant pour objet principal la construction ou l’acquisition d’immeubles exclusivement en vue de leur location, rappelle un communiqué de l’AMMC.