ALGÉRIE
28/05/2018 12h:17 CET

Mizo et Belaid, deux plasticiens algériens exposent leurs éclats de femmes à Manhattan

Leurs têtes ploient sous d’immenses fichus qu’elles portent comme un casque infernal, comme une montagne d’ambiguïté sur la tête.

Mizo

C’est un univers étrange que crée l’artiste Mizo, où tout est piège. Piège pour les femmes et pour ceux qui les regardent.

Des femmes piégées dans leurs postures de mannequins de mode. De cette posture, elles gardent l’expression de la “pro” de la mode intacte. Tout le reste est dévoyé. Entre photo et peinture, le piège se déroule et le malaise est difficile à contenir.

Femmes piégées dans leurs robes traditionnelles, revisitées, so chic! Et pourtant que l’on devine si lourdes à porter. 

Leurs têtes ploient sous d’immenses fichus qu’elles portent comme un casque infernal, comme une montagne d’ambiguïté sur la tête.

Leurs poignets sont piégés dans des bracelets qui s’enroulent comme des menottes monstrueuses qui leur montent jusqu’aux avants-bras. 

Mizo

Le costume devient prison, le regard une invitation à la regarder. La beauté d’être femme sous toutes les conditions.

Les oeuvres de Mizo sont une invitation en enfer, douce, chic et violente.

Mizo est un artiste algérien qui fait de la photo-peinture et de la vidéo et qui quittera dans les jours qui viennent Alger pour aller exposer à Manhattan.

Le choix de la destination est parfait: New York est une idée extrême du paradis (ou de l’enfer, question de perspective) pour la mode, les femmes, les minorités opprimées-célébrées, la condition de l’humain trop urbain.

Ce sont en réalité deux artistes algériens qui emmènent leurs oeuvres voyager ensemble à Manhattan: Mizo et Belaid. 

Leur travail d’artiste est radicalement différent, mais il y a un lien fort: la femme au coeur du désir, celui d’une création radicale.

Belaid, lui, crée des éclats de femmes. 

Belaid

 

Oeuvres d’un hédonisme inattendu. Celles d’un céramiste, plasticien qui conjugue différents matériaux pour libérer des morceaux de femmes, des bouts de femmes, des idées de femmes. 

La violence n’est pas le sujet, même si les clous se multiplient, les visages sont sereins, les expressions calmes et tranquilles. 

Dans cet éparpillement de femme, il y a comme le travail d’un détective qui cherche et qui sait trouver. 

 

  • Belaid Mohamed et Mizo - North African Resonance Algiers-New York - commissaires de l’exposition Imen Bessah Amrouche et Samia Ait Hellal. Du 1er au 30 juin 2018. @Umbrella arts. 
  • Une exposition signée Warn Arts, une compagnie de production artistique algéro-américaine.