TUNISIE
17/03/2016 14h:20 CET | Actualisé 17/03/2016 14h:29 CET

"Ghodwa khir": Une campagne tunisienne contre l'extrémisme religieux

وزير الشؤون الدينية محمد خليل يشارك في حملة غدوة خير#GhodwaKhir #TomorrowIsbetter

Posté par Ghodwakhir sur jeudi 17 mars 2016

EXTREMISME - La Tunisie, qui fait face depuis plusieurs années à un essor de la mouvance jihadiste, a annoncé jeudi le lancement d'une campagne pour lutter contre l'extrémisme religieux qui a touché de nombreux jeunes.

Cette campagne qui commence dimanche, le 20 mars, et doit durer un an entend véhiculer "les vraies valeurs de l'islam (...) modéré", afin de "protéger nos jeunes et leur pensée du terrorisme", a déclaré lors d'une conférence de presse le ministre des Affaires religieuses, Mohamed Khalil.

L'extrémisme "a envahi la pensée de nos jeunes via internet", s'est-il alarmé.

Dans le cadre de cette campagne baptisée "Ghodwa khir" ("Demain sera meilleur" en arabe dialectal tunisien), un site internet "interactif et moderne" rassemblant des prêches et des conférences religieuses enregistrées sera notamment mis sur pied par le ministère des Affaires religieuses.

فعاليات الندوة الصحفية التي نظمتها وزارة الشؤون الدينية اليوم الخميس 17 مارس 2016 للإعلان عن برنامجها في مقاومة الإرهاب.

Posté par ‎Ministère des affaires religieuses, Tunisie وزارة الشؤون الدينية، تونس‎ sur jeudi 17 mars 2016

Le ministère doit également financer des programmes de sensibilisation contre le terrorisme sur les radios et télévisions publiques et privées.

Un centre d'appels sera en outre chargé de "répondre aux questionnements des jeunes sur les questions religieuses" et davantage de cours seront organisés dans les mosquées sous la supervision d'imams et de prédicateurs autorisés.

La Tunisie fait face depuis sa révolution en 2011 à un essor de la mouvance jihadiste, responsable de quatre attaques majeures ayant fait plusieurs dizaines de morts sur son sol au cours des 12 derniers mois.

Des milliers de Tunisiens combattent à l'étranger dans les rangs d'organisations extrémistes, constituant l'une des principales menaces à la sécurité du pays selon les autorités.

Le ministre de la Justice Omar Mansour avait annoncé mercredi l'intention des autorités de lancer un programme visant à "réformer" la pensée des personnes détenues pour terrorisme.

Près de 2.000 personnes au total, entre celles condamnées pour crimes "terroristes" et celles détenues dans le cadre d'affaires similaires, sont actuellement en détention, selon Saber Khelifi, directeur général de l'administration des prisons.

LIRE AUSSI:
Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.