MAROC
10/05/2019 17h:57 CET

Migration: Le Maroc a empêché 25.000 passages illégaux depuis le début de l'année

Le chef de la migration et du contrôle des frontières a dévoilé de nouveaux chiffres.

Jon Nazca / Reuters
Des migrants, interceptés au large de la mer Méditerranée, marchent après avoir débarqué d'une embarcation de sauvetage à l'aube dans le port de Malaga, dans le sud de l'Espagne, le 15 janvier 2019.

POLITIQUE - Le Maroc est devenu une des portes de sortie principale pour les migrants qui veulent rejoindre l’Espagne, ou plus largement, un pays européen. L’Union européenne a d’ailleurs alloué un budget de 148 millions d’euros au royaume pour l’aider à faire face à cette “pression migratoire” et réduire le nombre d’arrivées sur le sol européen. D’après le chef de la migration et du contrôle des frontières au Maroc, le pays est en bonne voie. 

Depuis le début de cette année, 7.202 personnes ont rejoint l’Espagne clandestinement, a indiqué à Reuters Khalid Zerouali, chef du contrôle des frontières au Maroc. Ce sont près de 2.000 passages de plus que l’année dernière à la même période mais “plus de la moitié des passages de cette année ont eu lieu en janvier et leur nombre a fortement diminué au cours des trois mois suivants”, précise l’agence de presse. 

D’après le chef de la migration et du contrôle des frontières au Maroc, les autorités marocaines ont empêché 25.000 passages illégaux depuis janvier, soit une hausse de 30% par rapport à la même période en 2018. Une augmentation due à la répression des autorités envers les réseaux de passeurs -50 réseaux opérant aux niveaux local et international ont été démantelés jusqu’à présent, soit 63% de plus qu’en 2018- mais aussi grâce aux “efforts du gouvernement”, a souligné Khalid Zerouali. “Les mesures prises par le Maroc ont permis d’enrayer le flux migratoire en Espagne”, a-t-il déclaré.

L’an passé, près de 57.000 migrants ont rejoint l’Espagne. La majorité d’entre eux ont traversé la Méditerranée pendant les mois d’été. “Il est donc difficile de comparer les chiffres bien plus modestes des premiers mois de l’année”, tempère Reuters.