MAROC
29/06/2018 16h:45 CET

"Fahrenheit 11/9": Michael Moore dévoile un extrait de son prochain documentaire sur Donald Trump

DOCUMENTAIRE - “Comment en est-on arrivé là? Et comment est-ce qu’on en sort? Le film à voir avant qu’il ne soit trop tard.” Le synopsis du prochain film de Michael Moore, consacré à l’ère Trump, se veut très nostradamien.

Invité de l’émission “The Late Show with Stephen Colbert” ce jeudi 28 juin, le réalisateur oscarisé a annoncé la date de sortie de “Fahrenheit 11/9″, son documentaire consacré à Donald Trump, pour le 21 septembre prochain.

Une double référence pour le réalisateur américain. C’est à la fois la date de l’élection de Donald Trump (9 novembre 2016) et le titre inversé de son documentaire sur l’après-attentats du 11 septembre 2001 (“Fahrenheit 9/11”).

Documentaire le plus rentable de l’histoire (190 millions d’euros de recettes dans le monde), le film sorti en 2004 qui étrillait la présidence de George W. Bush avait reçu la Palme d’Or au Festival de Cannes. Quinze ans après, le trublion américain, très actif pendant la campagne présidentielle en 2016, ne manque pas de critiques à l’égard de l’Ubu président Trump et a voulu dévoiler sans attendre un extrait de son prochain pamphlet cinématographique.

Un extrait de “Fahrenheit 11/9”:

“Je connais Trump. Et il va maudire le jour où il m’a rencontré”

Si Michael Moore a précisé ne pas pouvoir “révéler top de choses pour l’instant”, on le voit dans l’extrait diffusé en train d’essayer d’entrer sur la propriété de Mar-a-Lago, la maison d’été de Donald Trump à Palm Beach, en Floride.

“Dites-lui juste que c’est moi”, lance alors le réalisateur au portier qui lui refuse l’accès au domaine, que Michael Moore s’amuse à surnommer “la Maison Blanche du Sud”, en référence aux nombreux et coûteux séjours que Donald Trump y effectue.

Un scène absurde qui fait écho à son premier documentaire sorti en 1989, “Roger et Moi”, qui a fait sa renommée. Dans ce film, Michael Moore essaie de se rendre au siège de la société General Motors et de confronter son PDG, Roger B. Smith au sujet de la suppression de 30.000 emplois dans ses usines de Flint, dans le Michigan, ville natale du réalisateur.

 

Ironie du sort, après la sortie retentissante de ce documentaire en 1989, Michael Moore était invité d’un talk show animé alors par Roseanne Barr, star américaine de la télévision désormais déchue après une série de tweets racistes épinglée en mai dernier. Et sur le plateau de l’émission se trouvait également... Donald Trump.

Un moment de télévision que le réalisateur a partagé sur les réseaux sociaux pour teaser la sortie de son film. “Je connais Roseanne et Trump. Et ils vont maudire le jour où ils m’ont rencontré”, écrivait-il. Dans l’extrait d’archives publié par Michael Moore sur Twitter le 30 mai, on peut entendre le futur président américain féliciter le cinéaste pour “Roger et moi”, avant de plaisanter: “J’espère que vous ne ferez jamais de film sur moi.” Il ne croyait pas si bien dire.

Cet article a initialement été publié sur Le HuffPost France.