MAROC
07/03/2019 12h:22 CET | Actualisé 07/03/2019 12h:23 CET

Meurtres d'Imlil: La police danoise prend des mesures contre les internautes ayant partagé la vidéo de décapitation

14 personnes déjà identifiées.

Facebook
Maren Ueland et Louisa Vesterager Jespersen.

JUSTICE - Au lendemain du terrible meurtre de deux touristes scandinaves près d’Imlil, dans la province d’El Haouz, une vidéo de leur décapitation a circulé sur les réseaux sociaux. Malgré la violence des images, de nombreux internautes n’ont pas hésité à la partager. Trois mois après les faits, les autorités danoises ont décidé d’agir. Elles ont identifié 14 personnes concernées par ce partage. Ces dernières risquent la prison.

L’enquête sur les diffusions de cette vidéo a été lancée à la mi-janvier, rapporte la police d’Østjyllands dans un communiqué partagé ce 7 mars. “Sur les 118 demandes de renseignements que nous avons reçues et examinées, 14 ont donné lieu à un acte d’accusation. Nous avons renvoyé ces cas aux districts de police concernés, qui ont contacté, hier, les 14 personnes accusées de violation du code pénal en partageant la vidéo -généralement via Facebook Messenger ou d’autres médias sociaux”, a déclaré l’inspecteur de police de la police d’East Jutland, Michael Kjeldgaard.

Douze des cas recensés sont accusés de “circonstances particulièrement aggravantes, de divulgation non autorisée de la vidéo, que celle-ci concerne ou non les affaires personnelles d’une autre personne”, a précisé le procureur adjoint Jakob Berger Nielsen. Les accusations ont été portées en vertu de l’article 264 d du Code pénal danois. Sa violation est punissable d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 3 ans. Les deux autres cas identifiés sont accusés, eux, “d’avoir déclaré publiquement approuvé l’acte terroriste ayant abouti au meurtre des deux femmes”, en vertu de l’article 136 du Code pénal. Ils risquent une amende ou une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à deux ans de prison.

“C’est offensant à la fois pour les victimes et leurs proches, et cela peut être une expérience profondément désagréable pour les enfants, les jeunes et les adultes. Par conséquent, la police vous demande une nouvelle fois de ne pas regarder la vidéo. Elle sera supprimée dès que possible”, rappelle la police d’Østjyllands à la fin de son communiqué. 

Louisa Vesterager Jespersen et Maren Ueland ont été sauvagement assassinées le 18 décembre près du mont Toubkal, dont elles voulaient entreprendre l’ascension. Les autorités marocaines ont procédé à l’arrestation et au démantèlement d’une cellule terroriste installée au Maroc à la suite de ce drame. Au total, 22 personnes ont été arrêtées.