TUNISIE
15/11/2018 17h:19 CET | Actualisé 15/11/2018 17h:23 CET

Meurtre de Khashoggi: Peine de mort requise contre 5 suspects, la responsabilité de Mohamed Ben Salman non engagée

Suivi de l'affaire de l'éditorialiste saoudien, Khashoggi.

Anadolu Agency via Getty Images

L’affaire Khashoggi fait encore une fois la Une, jeudi 15 novembre, plus d’un mois après le meurtre monstrueux du journaliste saoudien, Jamal Khashoggi.

Le procureur général saoudien a requis la peine de mort contre cinq hommes soupçonnés d’avoir participé à l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, au consulat d’Arabie Saoudite, à Istanbul, le 2 octobre dernier.

Un porte-parole du procureur général saoudien a révélé, à des reporters dans la capitale saoudienne, que 15 hommes ont confronté Khashoggi afin de le forcer à retourner au Royaume, rapporte New York Times. Voyant qu’il résistait, Ils décident de le tuer et de le démembrer, rejetant ainsi toute responsabilité du prince hériter saoudien Mohamed Ben Salmane dans cet assassinat. 

Selon le porte-parole du procureur général saoudien, le prince hériter n’avait aucune connaissance de cette affaire.

Lire aussi: Retour sur l’affaire Khashoggi et les incohérences des autorités saoudiennes

Des “négociateurs” derrière l’assassinat

D’après la même source, le directeur adjoint des services de renseignements avait dépêché une équipe de “négociateurs” afin de ramener Khashoggi en Arabie Saoudite. Sauf que le chef de cette équipe de “négociateurs” a pris de son propose chef la décision de tuer le journaliste.

Au total, 11 personnes seront présentés à la justice saoudienne a-t-il affirmé.

Cette affaire a fait couler beaucoup d’encre. La presse internationale y a prêté une grande attention, peut-être au delà de ce que les dirigeants saoudiens auraient imaginé, si bien que le public a eu droit à plusieurs versions, officielles, de la part de la monarchie.

Sous la pression de cette attention internationale, l’Arabie Saoudite a d’abord nié toute relation avec le meurtre. 

Le 20 octobre, un communiqué de presse sur le site de l’agence de presse saoudienne, est venu affirmer que le meurtre a bien eu lieu au sein du consulat saoudien à Istanbul, notant toutefois que ce serait à la suite d’une bagarre entre le saoudien et quinze hommes.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.