ALGÉRIE
08/12/2015 03h:50 CET | Actualisé 08/12/2015 04h:19 CET

Gros bobos matinaux pour les usagers du métro d'Alger: "aux fusillés tout le monde descend!"

Archives

La matinée a été gâchée pour des milliers d'usagers du métro d'Alger contraint au nom d'un vague "problème technique" de descendre à la station des fusillés aux Annassers. Face à des usagers éberlués, les agents du métro répétaient de manière mécanique "problème technique" et "on ne sait pas combien cela durera".

"Aujourd'hui, métro rime avec mépris" explose un quinquagénaire. "vous saviez que le train ne passera pas les "fusillés" pourquoi ne pas l'avoir annoncé au niveau des autres stations? Vous gâchez la journée de milliers de personnes" lance-t-il furibond à des employés placides et indifférents.

Une dame lui donne raison: "je viens de payer 50 dinars. Je suis monté à la station Amirouche, un arrêt avant. Ils auraient pu nous avertir" s'enflamme-t-elle à son tour. Le gros des voyageurs, trop pressés pour protester, ni à demander qu'on rembourse le billet, s'engouffraient dans les escalators.

LIRE AUSSI: Métro d'Alger: incident technique sur la ligne Hai El Badr-El Harrach, un service provisoire assuré

A la sortie, ils découvrent des centaines d'autres voyageurs piégés par le "problème technique" du métro qui se disputaient les taxis. Un bus pour la "place des martyrs" arrive, c'est la ruée. "C'est ce que le métro m'a évité jusqu'à présent et il va me contraindre à redonner des coudes" dit un jeune homme. Il décidera finalement de ne pas se battre et d'aller à Alger centre en marchant. "Mieux vaut marcher que se faire marcher dessus".

Tous n'ont pas cette latitude. Pour la plupart, il faut arriver au travail, à temps. Rien n'a été prévu par l'entreprise du métro pour les voyageurs laissés en rade. "Pourtant un ticket est comme une assurance d'arriver à bon port", hurle un jeune qui manie des concepts de droit.

Pour la plupart, l'urgence n'était pas de causer mais d'arriver. En ce mardi matin, l'entreprise du métro a causé plein de bobos.

LIRE AUSSI: Scènes de vie à Alger: Du silence du métro au tumulte du tramway

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.