MAROC
23/07/2018 12h:03 CET

Mesut Özil quitte la sélection allemande, une décision saluée par la Turquie

"J’ai deux coeurs, un allemand et un turc", a déclaré le joueur.

Catherine Ivill via Getty Images

SPORT - Mesut Özil a annoncé dimanche 22 juillet qu’il quittait la sélection d’Allemagne,dénonçant le “racisme” sous-jacent aux critiques dont il est victime depuis l’élimination de la Mannschaft dès le premier tour du Mondial 2018 de football.

“C’est avec un cœur lourd et après beaucoup de réflexion que, à cause des événements récents, je ne jouerai plus pour l’Allemagne de matchs internationaux aussi longtemps que je ressentirai du racisme et du manque de respect à mon égard”, a écrit le joueur d’origine turque sur son compte Twitter.

Cette décision de Mesut Özil de quitter la sélection d’Allemagne a été saluée par des responsables turcs, qui l’ont qualifiée de “position honorable”. Le ministre des Sports, Mehmet Kasapoglu, a affirmé sur Twitter soutenir “pleinement la position honorable de notre frère Mesut Özil”, partageant une photographie du joueur avec le président turc Recep Tayyip Erdogan.

Le cliché d’Özil et de son compatriote Ilkay Gündogan avec Erdogan, alors en pleine campagne électorale pour sa réélection finalement remportée le 24 juin dernier, a valu aux deux joueurs des critiques acerbes, surtout après l’élimination précoce des champions du monde 2014 dès la phase de groupes du Mondial-2018. Özil a par ailleurs affirmé que cette photo ne cache “aucune intention politique”. 

Certains observateurs ont accusé les deux joueurs de manquer de loyauté envers l’Allemagne. Le manager de la Mannschaft Oliver Bierhoff a même été jusqu’à affirmer “qu’il aurait fallu envisager de se passer d’Özil” pour le Mondial.

Absence de soutien de la Fédération allemande

Sortant de son silence, le milieu de terrain d’Arsenal a annoncé dimanche qu’il quittait la sélection allemande en mettant en avant le “racisme” dans les critiques dont il est victime depuis.

“Comme beaucoup de gens, mes racines ancestrales recouvrent plus qu’un seul pays”, s’est défendu Özil dans un tweet dimanche. “J’ai certes grandi en Allemagne, mais mon histoire familiale a ses racines solidement basées en Turquie. J’ai deux coeurs, un allemand et un turc”, a-t-il ajouté. 

Pour lui, c’est surtout l’absence de soutien de la Fédération allemande (DFB) qui l’a poussé à s’en aller, pointant du doigt le traitement reçu par Richard Grindel, son président. 

“Alors que j’ai essayé d’expliquer à Grindel mon héritage, mes ancêtres et, par conséquent, lui faire comprendre les raisons qui m’avaient amené à prendre cette photo, il était plus intéressé par le fait de parler de ses propres positions politiques et de rabaisser mon opinion”, a écrit dans son communiqué le joueur. 

“Je ne servirai plus de bouc émissaire [à Grindel] pour son incompétence et son incapacité à faire correctement son travail”, a conclu le joueur de 29 ans, sacré champion du monde avec l’Allemagne en 2014 après la troisième place en 2010.