MAROC
15/09/2018 16h:19 CET | Actualisé 15/09/2018 20h:53 CET

Meryem Benm’Barek annonce le retrait de son film "Sofia" d'un festival israélien

“Sofia est la voix de ceux qui n’ont plus de voix"

ALBERTO PIZZOLI via Getty Images
Meryem Benm’Barek entourée de ses actrices, Maha Alemi et Sarah Perles

CINÉMA - Il n’y aura pas de polémique. Initialement programmé dans le cadre du Festival international du film de Haïfa en Israel, le film “Sofia” de la réalisatrice Meryem Ben’mbarek n’y sera finalement pas projeté. 

“J’ai appris la sélection de mon film Sofia au festival de Haïfa. J’en ai demandé le retrait”, dit-elle dans une déclaration parvenue au HuffPost Maroc ce samedi 15 septembre. “Ce sont des vendeurs internationaux qui se chargent de l’envoi des films en festivals, sans que le réalisateur ne soit impliqué dans ce choix”, détaille la jeune cinéaste.

“Sofia est la voix de ceux qui n’ont plus de voix. Elle dénonce l’oppression et la domination du faible par le fort dans une société qui divise jusqu’au sein d’une même famille”, poursuit la réalisatrice. “J’espère que ce film permettra d’ouvrir le dialogue sur la société marocaine dans le respect et la bienveillance”, conclut Meryem Benm’Barek. 

Le 13 septembre dernier, l’antenne marocaine du mouvement BDS (Boycott Désinvestissement Sanctions) et l’activiste de ce même mouvement, Sion Assidon, appelaient sur les réseaux sociaux trois réalisateurs marocains, Nabil Ayouch, Meryem Benm’Barek et Narjiss Nejjar à retirer leurs films programmés dans le cadre du festival de Haïfa. 

Narjiss Nejjar et sa productrice Lamia Chraïbi ont officiellement adressé une demande pour que le film “Apatride” soit également retiré des films programmés au festival de Haïfa, indique le site Ihata.

Comme Meryem Benm’Barek, Nabil Ayouch dit ne pas avoir été courant de la programmation de son film “Razzia” dans un festival israélien, rapporte AlYaoum24. Le cinéaste ajoute que s’il soutient le boycott économique et politique d’israël, il rejette en revanche le boycott culturel.

Primée à Cannes en mai dernier, et au Festival du film francophone d’Angoulême au mois d’août, Meryem Benm’Barek présentera son long-métrage à Casablanca en avant-première la semaine prochaine.