MAROC
04/10/2018 11h:42 CET

Melilla: Arrestation de trois Marocains appartenant à une organisation de trafic humain

Les migrants étaient cachés dans le double fond des véhicules qui les transportaient.

Guardia civil

MIGRATION - Ultime coup de filet à Melilla, où la Guardia civil annonce ce 4 octobre le démantèlement d’une organisation de trafic d’êtres humains. Menée depuis trois mois par le juge d’instruction numéro 2 de la ville, l’opération a parmi l’arrestation, la semaine dernière, de trois personnes de nationalité marocaine appartenant à l’organisation démantelée, qui compte pour sa part au moins treize personnes. 

Les migrants clandestins d’origine subsaharienne étaient acheminés dans l’enclave espagnole, dans le double fond des véhicules qui les transportaient depuis le Maroc, détaille un communiqué de la Guardia civil. Afin de ne pas éveiller les soupçons, ces voitures étaient occupées par des familles, avec de jeunes enfants installés sur le siège arrière, poursuit la même source. 

Sous ces sièges, les migrants étaient “cachés dans des situations lamentables, avec de sérieux risques pour leur intégrité physique par asphyxie, coupures ou inhalation de gaz, nécessitant à plusieurs occasions leur suivi, leur sauvetage et une assistance médicale in situ ou leur transfert vers des centres hospitaliers”, indique le communiqué de la Guardia civil.

C’est ainsi que lors des 3 derniers mois, 44 personnes ont pu rejoindre de manière clandestine l’enclave espagnole du nord du Maroc, moyennant une somme de 4500 euros pour chacune d’elles, soit un bénéfice de près de 200.000 euros pour l’organisation. Cette dernière est décrite comme parfaitement organisée, avec un rôle assigné à chacun des membres. Hormis les conducteurs, certains étaient chargés de faire sortir les migrants de l’intérieur des véhicules, dans différents points de la ville à l’abris des regards, “leur jetant des vêtements et les abandonnant à leur sort”, non sans les avoir au préalable menacés de leur faire du mal à eux ou leur famille s’ils venaient à collaborer avec les forces de sécurité. 

Depuis ses débuts janvier 2017, l’organisation aurait amassé près de 800.000 euros, selon une estimation livrée par la Guardia civil, qui précise avoir arrêté dans ce cadre 52 personnes, toutes de nationalité marocaine, poursuivies pour délit contre les droits des citoyens étrangers.

Durant les 5 dernières années, la Guardia civil a intercepté 185 véhicules et arrêté 244 personnes. Cette année, jusqu’à fin septembre, 35 personnes ont été arrêtées.