MAROC
13/08/2019 16h:04 CET

Méditerranée: L'Espagne rejette la demande d'asile présentée par l'ONG Open Arms pour 31 mineurs

La demande n'est pas valide juridiquement selon le ministre espagnol de l’Equipement.

Open Arms/Twitter

IMMIGRATION - Le ministre espagnol de l’Equipement, Jose Luis Abalos, a affirmé mardi que la demande d’asile présentée par l’ONG espagnole “Proactiva Open Arms” pour 31 migrants mineurs secourus en Méditerranée n’est pas valide juridiquement.

“Le capitaine du bateau de l’ONG Open Arms n’a pas la capacité juridique ni l’autorité pour déposer une demande d’asile pour ces mineurs sauvés en Méditerranée”, a déclaré à la chaîne de télévision privée Telecinco M. Abalos.

Le ministre a assuré que le navire humanitaire “Open Arms” n’avait pas demandé au gouvernement de débarquer dans un port espagnol.

“Il est injuste de mettre en cause la réputation de l’Espagne en matière de sauvetage de migrants”, a insisté M. Abalos, notant que le pays ibérique reste “attaché” aux valeurs de solidarité, comme en témoigne le sauvetage par le service maritime espagnol de 806 personnes en ce mois d’août et plus de 50.000 en 2018.

“C’est du ressort de l’Italie”

Et de rappeler que selon les accords internationaux, les migrants secourus en mer doivent être conduits au port sûr le plus proche. Dans le cas de l’Open Arms, “c’est du ressort de l’Italie”, a dit le ministre, ajoutant que “si c’était du ressort de l’Espagne, nous le ferions”.

Le capitaine du navire de sauvetage espagnol “Open Arms”, Marc Reig, a déposé lundi une demande d’asile auprès de l’ambassade d’Espagne à Malte pour 31 migrants mineurs africains, ont rapporté des médias espagnols.

“Europe, est-il vrai qu’au bout de 7 jours, il n’y a pas un seul port sûr à proximité pour ces personnes? Est-il nécessaire de les faire traverser cette épreuve? Qu’est devenu le berceau des droits et des libertés après des siècles de lutte?”

Selon la législation en matière de droit d’asile, la demande doit être présentée en personne ou par des représentants légalement accrédités.

Quelque 150 autres migrants secourus en Méditerranée centrale se trouvent, depuis douze jours, bloqués à bord du navire humanitaire “Open Arms”, au large de l’île italienne de Lampedusa, après le refus des autorités maltaises et italiennes de l’accueillir.