MAROC
29/12/2015 09h:53 CET | Actualisé 29/12/2015 12h:25 CET

Maroc: Le ministère de la Santé approuve (en partie) les revendications des médecins du secteur public

DR
Les médecins du secteur public bientôt mieux payés?

MÉDECINE - Les médecins du secteur public pourraient bientôt être augmentés. Un accord signé entre le Syndicat indépendant des médecins du secteur public (SIMSP) et le ministère de la Santé stipule "l'amélioration des conditions financières des médecins en travaillant sur l'augmentation des salaires et des indemnités".

Ce n'est pas tout. Comme ils l'ont longtemps exigé, les médecins du secteur public pourraient bientôt avoir le droit d'exercer dans le secteur privé, à l'image des professeurs chercheurs en médecine, tant que cela "ne porte pas atteinte au bon déroulement des gardes et des services d'astreinte dans les établissements publics".

"Un versement plus rapide des indemnités"

Cet accord devrait également permettre "un versement plus rapide des indemnités de garde et d'astreinte" aux médecins ainsi que la diminution de la durée du contrat liant les médecins spécialistes au ministère de la Santé, en comptabilisant l'exercice dans les zones enclavées au double de la durée effectuée.

LIRE AUSSI:Les étudiants en médecine soutiennent la grève des médecins internes et résidents en se joignant à "la grève des cachets"

Malgré ces avancées, d'autres points sont encore à négocier entre les deux parties. Les blouses blanches du secteur public exigent toujours l'équivalence du diplôme de médecin à un doctorat public.

L'année se termine donc sur une note positive pour le ministre de la Santé Houcine El Ouardi, qui a dû faire face à trois mouvements contestataires entre septembre et décembre.

D'abord les étudiants en médecine qui ont boycotté les bancs des facultés, exigeant que le ministre revoie sa copie concernant l'instauration d'un service sanitaire obligatoire (SSO). Un bras de fer qui s'est terminé par la signature d'un accord stipulant la non instauration du SSO dans sa forme actuelle. Puis les médecins du secteur public qui ont longtemps milité pour le droit à exercer dans le secteur privé sans être pénalisés et qui viennent d'obtenir une promesse de traitement de ce dossier, alors que le ministre a longtemps été intransigeant sur cette question.

Seuls les médecins internes et résidents, qui ont signé une grève longue de trois mois, exigeant une augmentation salariale importante (entre 3.000 et 4.000 dirhams) ont vu leur dossier reporté à 2016. "Je comprends leurs revendications et je les soutiens, mais une augmentation salariale ne pourra être faite dans l'immédiat", avait signifié El Ouardi. Les médecins internes et résidents avaient finalement annoncé l'abandon de leur grève.

Galerie photo La campagne de com' choc des étudiants en médecine Voyez les images