MAROC
14/06/2018 17h:06 CET | Actualisé 15/06/2018 14h:23 CET

Match Maroc-Iran: "Sachez que nous ne sommes pas une petite équipe", défend Hervé Renard

Dans le "groupe de la mort", le Maroc entend bien se démarquer.

FIFA TV

MONDIAL 2018 - A la veille du très attendu match qui opposera, vendredi 15 juin, le Maroc à l’Iran, et qui marquera le retour des Lions de l’Atlas en Coupe du monde après vingt années d’absence, Hervé Renard et Medhi Benatia, sélectionneur et capitaine de l’équipe nationale, ont partagé leurs impressions lors d’une conférence de presse tenue ce jeudi 14 juin à la salle des conférences du stade de Saint-Pétersbourg. 

“C’est un honneur pour nous d’être à cette Coupe du monde, nous allons la vivre comme une fête et le plus intensément possible”, a indiqué Hervé Renard face à des journalistes du monde entier. “Nous ne sommes pas là pour prendre des photos de monuments”, a-t-il ajouté avec humour. 

Pas de stress, peu de pression, c’est avec sérénité que l’équipe nationale marocaine se prépare à la compétition où elle affrontera, en phase de poules, des adversaires de poids, à savoir l’Iran, le Portugal et l’Espagne. Conscients d’être dans le “groupe de mort”, qui compte en son sein quelques-uns des meilleurs joueurs du monde, les Lions de l’Atlas n’ont pas lésiné sur les efforts pour aller le plus loin possible dans la course. 

Une course qui ne s’annonce pas simple pour le sélectionneur qui reconnait certaines difficultés à surmonter. “Nous sommes face à 3 équipes supérieures hiérarchiquement au classement FIFA, rappelle-t-il. Nous avons préparé ce match contre l’Iran de la même manière qu’on prépara le match contre le Portugal et l’Espagne.”

Travail d’équipe et valorisation des jeunes joueurs et étoiles montantes du groupe qui, selon Hervé Renard “ont un grand rôle à jouer”, telle est la stratégie du sélectionneur pour débuter ce Mondial 2018.  

“Nous avons un groupe très jeune, parmi les plus jeunes de la compétition. On aime jouer, s’amuser, mais on sait rester sérieux. On ne va pas changer qui nous sommes. On ressent la pression, bien-sûr, tout n’a pas été facile pour beaucoup d’entre nous mais on a travaillé dur pour y arriver. Nous allons prouver qu’on est un pays à respecter avec beaucoup d’atouts à faire valoir”, avance pour sa part Medhi Benatia. “Les jeunes ont beaucoup a démontrer, cette Coupe du monde peut-être un tremplin pour eux, vous verrez”, promet le doyen de l’équipe.

“Nous ne sommes pas une petite équipe”

Pour cette première rencontre, préparée minutieusement mais toujours avec le même plan qui a jusque-là fait ses preuves pour l’équipe, l’effectif rouge et vert sait à qui il à faire. “Il faut qu’on joue le jeu comme on l’a toujours fait et surtout garder notre état d’esprit et ne pas prendre de buts”, affirme Renard qui, avec l’aide de son staff, scrute et décrypte, depuis le tirage au sort du Mondial, le jeu de ses adversaires iraniens et les matchs qu’ils ont joués depuis ces deux dernières années. 

“Mr. Queiroz (sélectionneur de l’équipe iranienne, ndlr) aime bien faire des surprises”, ajoute-t-il. “Mais on s’est informé sur les stratégies, demain ce sera à qui sera le meilleur mentalement et le plus sérieux”.

À ceux qui affirment que l’Iran a de sérieuses chances de se démarquer dans le groupe B, notamment avec son jeune attaquant Sardar Azmoun, très craint, Renard répond tout naturellement que “nous ne sommes pas une petite équipe”. 

“L’Iran a des milieux de terrain de très grande qualité, 3 attaquants de très haut niveau avec un avant centre qui marque beaucoup de buts et qui est dangereux dans le jeu aérien. Mais c’est une équipe qui a aussi des défauts (...) Et nous avons aussi de très grands joueurs de haut niveau, il en faut plus pour les déstabiliser”, insiste-t-il, rappelant au passage que la sélection marocaine a eu l’occasion d’affronter, à plusieurs reprises, des attaquants “de grande valeur”.

Si le sélectionneur se dit satisfait des matchs de préparation avant le Mondial qui ont permis un aperçu du jeu de l’effectif marocain avant “l’heure de vérité”, il précise toutefois que ces matchs ne promettent pas toujours un grand parcours durant la compétition. 

En somme, pour cette première conférence pré-match, les Lions de l’Atlas se disent confiants et déterminés. Pour le capitaine Benatia, “c’est un rêve qui se réalise” et une occasion de faire vivre un “magnifique moment à tous les marocains” en livrant “de grands résultats”. 

Rendez-vous vendredi 15 juin, 15h (heure marocaine) pour cette première épreuve fatidique.