MAROC
23/10/2018 14h:13 CET

Les familles des Marocains partis clandestinement en Libye commencent à désespérer

Les mots du ministère ne rassurent plus ces familles, toujours mobilisées pour retrouver leurs enfants.

Zoubeir Souissi / Reuters

IMMIGRATION - “C’est le 12e sit-in que les parents observent devant la porte du ministère”, déclare au HuffPost Maroc Loubna Ben Henia, porte-parole des familles dont l’un des proches est “porté disparu” en Libye. Hier, devant le ministère délégué chargé des Marocains résidant à l’étrangers (MRE) et des Affaires de la migration, les familles ont manifesté leur colère et leur détresse.

“Cela fait un an et demi que ces parents ont perdu tout contact avec leurs fils partis clandestinement tenter leur chance ailleurs”, nous raconte leur porte-parole, estimant à 45 le nombre de Marocains concernés. “Au sit-in de ce lundi, 28 familles étaient présentes tandis que le reste n’a pas réussi à faire le déplacement”, indique-t-elle. Et de souligner que plus de la moitié des parents venus à cette manifestation provient de Kelaat Sraghna. Quant aux jeunes disparus, ils auraient une vingtaine d’année à peine, d’après notre interlocutrice. 

″A chaque fois, le même discours. Souvent, c’est le secrétaire général du ministère qui nous reçoit et tente de nous rassurer en nous affirmant que les recherches sont en cours et qu’il ne faut pas perdre espoir”, nous confie Loubna Ben Henia, précisant que ces rencontres durent au maximum une dizaine de minutes. Des mots qui ne rassurent plus les parents qui, ce lundi, ont soumis au ministère la liste de leurs enfants et leur numéro de carte d’identité en attendant une lueur d’espoir. 

“Moi, je n’ai pas pu attendre. J’ai dû me débrouiller pour que mon frère revienne”, nous révèle la porte-parole. Cette dernière affirme avoir pris contact avec les parties qui détenaient son frère ainsi qu’un groupe de 8 Marocains qui l’accompagnait dans son voyage de fortune vers l’Italie. “J’ai utilisé Facebook pour les contacter et maintenir la communication avec certains responsables en Libye. J’avais alors appris que mon frère et les 8 autres purgeaient une peine de prison pour avoir immigré clandestinement”, raconte-t-elle, soulignant que “ses prières” et sa persévérance ont fini par lui donner raison. “Après 9 mois, mon frère et les 8 jeunes qui l’accompagnaient sont enfin rentrés au Maroc en avril dernier grâce à l’intervention de la diplomatie marocaine”, dit-elle soulagée. 

Nous confirme ce témoignage, une source à la diplomatie marocaine souligne que la question des Marocains disparus en Libye fait l’objet “d’une veille permanente sur le terrain”. Cette source nous précise, cependant, que le nombre concernés en ce moment est de 37 personnes repérées par le consulat et dont le rapatriement se fera une fois la procédure de leur identification achevée. Et de nous préciser que quatre opérations de rapatriement ont été organisées précédemment et que l’intervention doit prendre en compte un contexte compliqué, notamment par la présence des passeurs. 

En janvier dernier, une opération de rapatriement avait concerné 338 citoyens marocains bloqués en Libye. Ils ont pu regagner leur pays par la voie de deux avions de la compagnie libyenne de transport aérien “Afriqiyah”. Cette opération faisait suite au rapatriement de 200 Marocains à la veille de la fête de l’Aid Al Adha par un vol affrété par la même compagnie, ainsi que de 235 autres qui, eux, ont été rapatriés par un vol de la Royal Air Maroc (RAM) via l’aéroport de Djerba (Tunisie). Au total, 773 Marocains avaient été rapatriés en cinq mois.