04/04/2019 10h:47 CET | Actualisé 04/04/2019 10h:59 CET

Maroc PME annonce plusieurs leviers d'actions pour améliorer le tissu entrepreneurial

Et dresse un bilan positif de ces quatre dernières années.

Maroc PME

ECONOMIE - Maroc PME, l’Agence nationale pour la promotion de la petite et de la moyenne entreprise a présenté, mardi au siège à Rabat, le bilan de la période 2014-2018. Et les résultats sont satisfaisants pour le Directeur général par intérim, Hassan Bakhouch, qui a présenté les chiffres en présence du ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Economie numérique, Moulay Hafid Elalamy. 

Avec un cadre stratégique d’intervention découlant du Plan d’Accélération Industrielle (PAI), l’agence gouvernementale a accompagné, durant ces quatre années, 8.889 TPME, auto-entrepreneurs et porteurs de projets. Dans le détail, Maroc PME a accompagné 1.094 TPME pour la réalisation de 1.508 projets individuels d’investissements d’amorçage, de croissance et de reconversion d’une part, et d’assistance technique, d’autre part, a relevé le DG, notant que ces projets d’accompagnement ont nécessité un investissement global de 7,1 milliards de dirhams avec un engagement de création de plus de 75.984 emplois. 

Pour aller plus loin, l’Agence annonce avoir accompagné dans cette période un total de 7.805 porteurs de projets, TPE et auto-entrepreneurs, a ajouté Hassan Bakhouch, relevant que dans le cadre de l’accompagnement du déploiement du statut de l’auto-entrepreneur, Maroc PME enregistre, au 31 mars 2019, plus de 123.075 demandes d’inscription au Registre national de l’auto-entrepreneur pour 99.256 inscriptions approuvées. 

Il est également à noter que 31% des auto-entrepreneurs inscrits sont des femmes et l’écosystème des auto-entrepreneurs s’est enrichi avec la formation de 355 conseillers en entrepreneuriat et l’accompagnement de 2.786 auto-entrepreneurs. Ensemble, ces auto-entrepreneurs inscrits ont réalisé 640 MDH de chiffres d’affaires déclarés, et ont permis de générer des recettes fiscales de l’ordre de 11,5 MDH.

L’efficacité au défi

D’autre part, Moulay Hafid Elalamy, a précisé que Maroc PME fonctionnera en symbiose avec les différents départements ministériels, en plus des autres entités travaillant à la promotion des investissements et de l’entrepreneuriat, à savoir les Centres régionaux d’investissement (CRI), l’Agence marocaine de développement des investissements et des exportations (AMDIE) et les Chambres de commerce. Une fois harmonisées, les actions entreprises aboutiront à de meilleurs résultats, selon le ministre. 

“Il faudrait apporter des solutions concrètes, qui répondent à la réalité du marché, et non pas présenter des idées et entamer des stratégies vouées clairement à l’échec, sous prétexte d’apporter un changement quelconque au marché”, a-t-il poursuivi. 

Pour ce faire, Maroc PME a annoncé trois leviers d’actions qui seront mis en place à l’horizon 2025, soit l’élargissement du périmètre sectoriel en convergence avec les stratégies sectorielles et les Programmes de Développement Régionaux, la création des représentations régionales de Maroc PME avec la mobilisation de ressources humaines qualifiées dans les régions et le renforcement des partenariats locaux ciblant les TPE.

Parmi ces trois piliers, plusieurs initiatives seront mises en place, telles que le renforcement de la compétitivité des chaînes de production pour développer le sourcing, l’accélération de la transformation des PME à fort potentiel de croissance et de création d’emplois ou encore le sauvetage des entreprises en difficulté. Un programme destiné aux petites entreprises parrainées par le secteur privé, et de “Fabriques à idées de projets” pour accompagner les agrégateurs des auto-entrepreneurs devrait également voir le jour.

L’Agence mise ainsi sur une stratégie en faveur du tissu entrepreneurial pour accroitre l’employabilité et l’entrepreneuriat et permettre la croissance et la transformation des entreprises, le soutien des berceaux de créativité des jeunes, et une compétitivité territoriale. Le tout pour favoriser l’émergence d’une nouvelle génération d’entreprises et d’entrepreneurs.