24/11/2014 04h:05 CET | Actualisé 24/11/2014 07h:42 CET

Maroc: Des inondations font 17 morts dans le sud du Maroc

Capture d'écran youtube

CATASTROPHE NATURELLE -17 morts…Le bilan provisoire des victimes des orages exceptionnelles qui ont touché le sud du pays, ce week-end, est dramatique et risque de s’alourdir.

La majorité des décès a été enregistrée dans les environs de Guelmim, conséquence des inondations et de la crue de plusieurs oueds. Cette région a payé un lourd tribut aux intempéries avec 24 personnes encore portées disparues dans l'oued Tamsourt et l’oued Talmaadart, selon le bilan provisoire des autorités locales. Certains des disparus se trouvaient à bord de trois grands taxis qui ont été emportés par les crues. Les dépouilles des victimes, dont une fillette de 9 ans, ont été transférées dans un centre de santé de la région.

Le ministère de l’Intérieur a mis en place une cellule de crise, comprenant 130 véhicules de sauvetage tout terrain, 335 zodiacs et embarcations, afin de retrouver les personnes disparues et secourir d’autres victimes potentielles. La météorologie nationale, qui avait lancé un bulletin d’alerte ce week-end, a décidé de le maintenir en vigueur car elle prévoit de nouvelles précipitations pouvant aggraver la situation.

Les intempéries qui ont touché le sud du Maroc ont également détruit près de cent maisons en pisé et entraîné la coupure d’une centaine de routes, dont six nationales. La seule région de Marrakech a enregistré l’effondrement de trente maisons proches de l’oued Bourouhat tandis que plusieurs douars se sont retrouvés isolés du reste du monde. En plus de l’effondrement de maisons, Guelmim a subi des coupures d’électricité plongeant de nombreux quartiers de la ville dans l’obscurité.

Si l'intensité de ces précipitations est exceptionnelle, les intempéries et crues ne sont pas rares au Maroc, où quatre enfants étaient morts noyés, emportés par un oued près de Ouarzazate en septembre.

En mai dernier, cinq personnes ont été tuées dans la crue de l’oued El Atchan près d’Oujda.

Le problème est récurrent puisqu’en 2010, des inondations provoquées par de fortes précipitations avaient déjà causé la mort de 22 personnes.

Avant cela, en 2008, des inondations à Tanger étaient responsables du décès de 30 personnes.

Mohammedia et Berrechid détiennent, quant à elles, un triste record avec 63 morts causés par les intempéries en 2002.

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.