ALGÉRIE
20/08/2019 12h:01 CET | Actualisé 20/08/2019 12h:33 CET

Mardi 26: les étudiants reviennent aux fondamentaux du congrès de la Soummam

capture ecran

Comme un 20 août 1956, les étudiants ont fait de la primauté du civil sur le militaire le mot d’ordre de leur 26e manifestation depuis le soulèvement du 22 février dernier. 

Soutenus par beaucoup de citoyens, les étudiants ont marché dans les rues d’Alger affirmant le maintien de leur mobilisation et leur rejet de la tenue des élections dans une conjoncture toujours confuse et avec un gouvernement rejeté par la majorité des Algériens.  

Dans une longue procession de la Place des Martyrs au centre-ville, ils affichent leur determination à porter les mêmes revendications que la société: changer le régime. Restant mobilisés, ils scandent les slogans pour l’édification d’un état démocratique.

Devant le centre culturel de Larbi Ben M’hidi où le panel de Karim Younes a élu domicile, ils marquent une halte pour dire leur rejet des élections et pour dénoncer les télévisions privées pro-pouvoir qui ont voulu jeter le doute sur l’action menée par les étudiants samedi passé.  

Les étudiants et les autres manifestants ont emprunté le boulevard Amirouche avant de monter vers la rue Didouche Mourad, où ils ont repris les mêmes slogans. 

En ce 20 août, journée du Moudjahid, les étudiants ont avancé par milliers le long de la rue Larbi Ben M’hidi, en rendant un vibrant hommage aux chouhadas mais aussi au commandant Lakhdar Bouregaa en prison depuis le 29  juin dernier.   

Un dispositif sécuritaire renforcé les encerclait tout au long de la rue Didouche.