ALGÉRIE
03/03/2019 23h:51 CET | Actualisé 04/03/2019 00h:13 CET

Marches contre la candidature de Bouteflika dans plusieurs villes (VIDEOS)

Les Algériens rejettent la lettre du président Abdelaziz Bouteflika et n’ont pas tardé à le faire savoir. Des citoyens sont sortis dans plusieurs villes du pays pour dire, une fois de plus, non au 5e mandat, quelques heures après la promesse du Chef de l’Etat d”organiser des élections anticipées auxquelles il ne prendra pas part en cas de victoire le 18 avril 2019.  

A Alger, des milliers de citoyens ont marché du quartier de Bab El Oued vers Alger-Centre, en passant par la Place des Martyrs où ils se sont rassemblés un court moment. Ils ont rejoint le centre-ville via le boulevard Zighoud Youcef, en scandant des slogans contre le pouvoir.

D’autres se sont rassemblés à la Place Audin.

Des cordons de forces anti-émeutes ont vite été mobilisés à la rue Didouche Mourad.

Dans la commune de Bab Ezzoaur, des dizaines de personnes sont également sorties marcher.

Les habitants de plusieurs autres villes, dont Oran, Skikda, Guelma, Tizi Ouzou, Bejaia, Bordj, Mascara, Blida, Blida, Khenchela, Annaba, Constantine, Batna,  Bouira, Jijel, sont également sortis marcher pacifiquement contre la candidature du président Bouteflika à un 5e mandat.

Ces marches nocturnes ont suscité l’inquiétude de plusieurs citoyens, qui ont appelé, sur les réseaux sociaux à “ne pas manifester de nuit”, craignant les affrontements avec les forces de l’ordre. Notamment à Alger. Des manifestants, eux, ont brandi des banderoles appelant à une “marche pacifique”.

Aujourd’hui, le président Abdelaziz Bouteflika “a annoncé” dans une lettre adressée à la nation son intention d’organiser des présidentielles anticipées auxquelles il ne participera pas, et ce, en cas de victoire aux élections du 18 avril 2019.

Abdelaziz Bouteflika s’est aussi “engagé à ne pas se porter candidat à ces élections anticipées”, qui seront organisées à l’issue d’une conférence nationale inclusive. Dans une lettre lue à son nom par Abdelghani Zaalane, directeur de sa campagne, il a également repris plusieurs engagements exprimés dans ses précédents programmes.

Sur les réseaux sociaux, un appel massif à “la désobéissance civile” a été lancé par des internautes algériens pour protester, pacifiquement, contre la candidature de Bouteflika.

L’événement récolte déjà plus de 300.000 promesses de participation à l’heure où nous publions ces lignes.

 
Capture d'écran