ALGÉRIE
23/06/2019 15h:12 CET

Mandat de dépôt pour les 14 manifestants

RYAD KRAMDI via Getty Images

Les 14 manifestants déférés ce matin au tribunal de Sidi M’hamed ont été placés sous mandat de dépôt, sur décision des juges d’instruction chargés d’instruire l’affaire.

Les 14 manifestants étaient poursuivis sous les chefs d’accusation “d’atteinte à l’unité nationale” et “atteinte à l’emblème nationale”, une accusation qui ne repose sur aucun fondement juridique. “C’est une décision absurde car les jeunes arrêtés, l’ont été lors d’une manifestation publique qui a lieu chaque vendredi”, a dénoncé Me Aouicha Bekhti, membre du réseau contre la répression dans une déclaration au Huffpost Algérie. “A l’écoute de la décision du juge, les manifestants n’ont pas craqué et sont restés déterminés”, a affirmé l’avocate.

Pour preuve, Messoud Leftissi l’un des manifestants arrêté à Alger et placé sous mandat de dépôt, alors qu’il devait comparaître aujourd’hui même au tribunal de Skikda. Il a tenu à ce que son avocate, Me Bekhti, transmettre aux médias ses propos tenus avant son incarcération à la prison d’El Harrach. “La liberté n’a aucun sens, dans un pays en otage”, a-t-il déclaré.  Les avocats ont décidé de faire appel de la décision des juges, dès demain. 

Lors de la manifestation du vendredi 21 Juin, une centaine de personnes ont été arrêtés par les forces de l’ordre pour avoir été en possession du drapeau Amazigh. Si une grande partie des manifestants ont été relâchés dans la journée du vendredi, d’autres ont eu moins de chance. Ils sont restés en garde à vue et ont été présentés ce matin devant le procureur de la République.