TUNISIE
23/10/2018 10h:02 CET

Mandat d'amener contre Majdouline Cherni: La ministre de la Jeunesse et des sports s'explique

“Le mandat d’amener existe mais je ne suis pas en cavale” a clamé la ministre

Anadolu Agency via Getty Images

Le juge d’instruction du Tribunal de première instance de Tunis a émis, lundi, un mandat d’amener à l’encontre de la ministre de la Jeunesse et des sports, Majdouline Cherni, et ce suite à son refus de comparaître pour son audition en tant qu’accusée, après une plainte déposée devant la justice par l’avocate Leila Haddad contre la ministre pour diffamation.

“Le mandat d’amener existe mais je ne suis pas en cavale” a expliqué sur les ondes de la radio Shems Fm, Majdouline Cherni.

Elle a affirmé qu’il y a aujourd’hui une tentative de manipuler l’opinion publique: “La chose la plus importante dans ce dossier, que je n’ai vu dans aucun média, c’est qu’il n’y a jamais eu une invitation à comparaître en mon nom” a-t-elle affirmé notant “de nombreux vices au niveau de la forme et de la procédure”.

Ces vices de forme et de procédure ont été présentés à la justice et une demande de retrait du dossier a été présentée par son avocat il y a deux semaines.

“Si cette demande est acceptée, ce dossier sera transféré à une autre cour. Si elle est refusée, il faudra respecter la Justice, et j’irai personnellement” expliquant faire face à la justice comme une citoyenne et non comme une ministre.

Interrogée sur le fond de l’affaire et sur la plainte déposée par l’avocate Leila Haddad à son encontre, elle affirme: “Concernant, le fond de l’affaire, j’étais secrétaire d’Etat et à la tête d’une Instance. Tout ce que j’ai pu dire, je l’ai dit en cette qualité et non personnellement”.

Le 24 mars 2017, une plainte a été déposée par plusieurs avocats contre l’actuelle ministre de la Jeunesse et des sports, en sa qualité d’ancienne présidente de l’Instance générale des martyrs et blessés de la révolution, et ce pour des propos jugés diffamatoires contre l’avocate Leila Haddad.

Invitée sur le plateau de la chaîne Hannibal TV, Majdouline Cherni avait alors accusé l’avocate de demander 5000 dinars d’honoraires à de nombreux clients des familles des martyrs et blessés de la révolution. Elle avait également affirmé que celle-ci a décidé de représenter la famille d’un martyr de la révolution face à la justice, sans avoir été mandatée par cette famille.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.