ALGÉRIE
11/02/2019 15h:04 CET | Actualisé 11/02/2019 15h:06 CET

Mali : Malgré des progrès, la situation demeure fragile

L’accord pour la paix et la réconciliation, issu du processus d’Alger et signés entre les différentes parties en conflit au Mali a réaliser des “progrès” politiques au Mali.

DR

Selon un rapport sur l’état de la paix et de la sécurité en Afrique, présenté lors du 32ème sommet de l’Union africaine (UA) d’Addis-Abeba, l’accord pour la paix et la réconciliation, issu du processus d’Alger et signés entre les différentes parties en conflit au Mali a réalisé des “progrès” politiques au Mali. 

Des progrès ont été réalisés dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord avec notamment l’approbation, le 22 novembre 2018, par l’Assemblée nationale malienne du projet de loi qui proroge de six mois le mandat des parlementaires et qui ouvre la voie à l’adoption de réformes institutionnelles et constitutionnelles préconisées par l’Accord notamment la poursuite du processus électoral”, note le rapport, qui rappelle que des élections présidentielles “se sont tenues le 29 juillet et le 12 août et que le Président sortant a été réélu avec 67% des voix”.

Cependant, le rapport note que d’importants défis sont à relever “d’importants défis restent à relever dans ce processus, dont la mise en œuvre de la nouvelle architecture institutionnelle et constitutionnelle du pays qui a été retardée notamment par le report de la révision constitutionnelle, l’intensification des attaques terroristes et des assassinats et les violences intercommunautaires”, relève le document qui regrette que le pays soit encore en prise à des affrontements intercommunautaires.  

“En dépit du nombre important des victimes, il n’y a à ce jour aucune initiative pertinente tant au centre qu’à l’est pour mettre fin aux  affrontements intercommunautaires”, déplore le Conseil de paix et de sécurité, qui souligne que les parties “poursuivent leurs consultations en vue de régler les questions en suspens dans le cadre de la mise en œuvre de celui-ci”. 

L’accord d’Alger a été signé le 15 mai et le 20 Juin 2015 à Bamako, après des négociations menées à Alger entre la République du Mali et la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA).