ALGÉRIE
16/05/2019 11h:20 CET | Actualisé 16/05/2019 11h:23 CET

Malgré le rejet populaire de la présidentielle du 4 juillet, Abdelaziz Belaïd veut être candidat

DR

Le président du front El Mostakbel, Abdelaziz Belaïd, a retiré les formulaires de candidature à la présidentielle du 4 juillet, un rendez-vous que le pouvoir veut organiser bien que rejeté par les manifestations qui se poursuivent. 

Le ministère de l’Intérieur a confirmé dans un communiqué le retrait des formulaires par le parti de M. Belaïd, déjà candidat potentiel à la présidentielle annulée d’avril dernier. Le même document a affirmé que 73 lettres d’intention au total ont été déposées dans un bilan provisoire arrêté le 14 mai.

Contrairement à la majorité des candidats potentiels, Abdelaziz Belaïd n’avait pas retiré sa candidature au rendez-vous d’avril avant que ce dernier ne soit annulé. Il avait aussi parlé fin avril sur la tenue de la présidentielle du 4 juillet avec le chef de l’Etat par intérim, Abdelkader Bensalah, des discussions boycottées par la majorité de la classe politique.

M. Belaïd est par ailleurs la seule personnalité politique ayant déjà participé à une présidentielle (celle de 2014) à afficher sa volonté d’être candidat à l’élection du 4 juillet. La plupart des “poids lourds” redoutent la colère de la rue qui considère la présidentielle annoncée comme un moyen de reproduction du système après la démission de Abdelaziz Bouteflika début avril.

Les grandes manifestations de vendredi dernier ainsi que celles des étudiants mardi ont rejeté la présidentielle du 4 juillet. “Makach intikhabat ya el issabat” (pas d’élections avec les gangs au pouvoir), ont scandé des milliers des manifestants contre un rendez-vous électoral qu’ils considèrent va être truqué.

Les protestataires exigent le départ de M. Bensalah et du Premier ministre Noureddine Bedoui, des fidèles de M. Bouteflika, parmi les préalables à la tenue d’une élection.