ALGÉRIE
15/06/2018 09h:59 CET | Actualisé 15/06/2018 10h:03 CET

Maladies Respiratoires: Le taux de prévalence de la bronchite chronique en Algérie est de 4.9%

Les professionnels de la santé ont estimé que les maladies respiratoires connaissent une augmentation au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Karl Tapales via Getty Images
Maladies respiratoires.

Le taux actuel de prévalence de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) en Algérie, qui est une maladie chronique qui restreint le flux d’air vers les poumons, est de 4,9%, a estimé le professeur Sami Kammoun, chef du département de pneumologie à Hédi Chaker de Sfax en Tunisie, lors du 4ème forum régional de médecine thoracique qui s’est tenu récemment aux Émirats Arabes Unis (EAU), organisé par “Boehringer Ingelheim”, l’une des principales compagnies pharmaceutiques mondiales.

Selon un communiqué de “Boehringer Ingelheim”, ce forum a réuni plus de 150 des meilleurs pneumologues de la région afin d’apporter un éclairage sur les innovations continues dans le domaine des soins respiratoires, notamment l’asthme, la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) et la fibrose pulmonaire idiopathique (FPI).

Les professionnels de la santé ont estimé que les maladies respiratoires connaissent une augmentation au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Cette progression est due à plusieurs facteurs comme le tabagisme, les variations météorologiques extrêmes et les prédispositions génétiques.

En Algérie le taux de bronchopneumopathie s’élève à 4,9%. Cependant de nombreux cas ne sont pas repérés car la maladie est souvent sous-diagnostiquée.

Concernant l’asthme, le professeur Sami Kammoun a fait savoir que l’impact de  prévalence de l’asthme en Algérie n’était pas connu. “Il n’existe pas de données fiables sur la prévalence de l’asthme en Algérie à ce jour, mais selon des études, la prévalence de l’asthme est estimée à environ 3.89%” peut-on lire sur le communiqué.

Les données fournies à l’issue des essais cliniques majeurs menés récemment par “Boehringer Ingelheim” pendant 52 semaines et impliquant plus de 7 800 personnes atteintes de BPCO ont montré que le taux d’exacerbations modérées à sévères – aussi appelées crises - avait diminué. Ces essais importants ont mis en lumière le rôle central joué par les traitements dans la prise en charge de la BPCO, dont ils peuvent aider à réduire les symptômes et à minimiser le risque futur d’exacerbations.

Des médecins ont également attiré l’attention sur l’accroissement de la prévalence de la fibrose pulmonaire idiopathique (FPI), une maladie chronique rare caractérisée par un déclin progressif de la fonction pulmonaire.

Selon le Professeur Gharnaout Merzak, chef du service de pneumologie de l’hôpital universitaire de Rouiba en Algérie, la prévalence de la FPI au pays  est de 0,002% de la population totale. Le diagnostic précoce et le traitement de la FPI demeurent une nécessité cruciale non satisfaite à laquelle il faut pourvoir, agir rapidement car cela peut faire une grande différence.

Tenu sur deux jours, cet événement consistait en des séances interactives visant à réunir des experts pour qu’ils discutent ensemble des découvertes médicales et scientifiques les plus récentes sur le traitement et la prise en charge des maladies respiratoires dans la région META.