ALGÉRIE
06/02/2019 12h:14 CET

Lutte contre la corruption: l’Algérie ne se sent pas concernée par les rapports des ONG

Kritchanut via Getty Images

Le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Tayeb Louh a affirmé mardi, que  l’Algérie se soumet à la seule évaluation des mécanismes onusiens en matière de lutte contre la corruption et ne se soucie guère des rapports émanant de certaines organisations non gouvernementales (ONG). Nous ne nous soucions guère de ce qu’on rapporte par ci et par là quant au classement de l’Algérie dans les rapports de certaines ONG. Nous nous intéressons uniquement à l’évaluation onusienne”, a déclaré le ministre, lors de la présentation à l’APN du projet de loi modifiant et complétant la loi 06-01 relatifs à la prévention et à la lutte contre la corruption.

M. Louh a indiqué a déclaré que l’Algérie avait “confiance” en ses institutions concernées par la lutte contre ce phénomène et les mesures initiées dans ce sens, conformément à “la volonté du président de la République”. Pour le ministre, l’application de cette loi “a permis de juguler plusieurs actes de corruption et de sanctionner leurs auteurs”. 

Dans le dernier rapport de l’ONG Transparency Internationale, l’Algérie occupait la 105ème place dans son classement final . “Comment peut-il y avoir des progrès quand nous avons une très mauvaise loi anticorruption (20 février 2006), et, plus grave encore, quand cette loi n’est pas appliquée, notamment en matière de déclaration de patrimoine des “agents publics”, s’est demandée l’association algérienne de lutte contre la corruption (AACC)