TUNISIE
16/05/2019 16h:50 CET

L'Union européenne va s'effondrer d'ici 20 ans, à en croire une majorité d'Européens

À une semaine des élections européennes du 26 mai, les électeurs sont inquiets pour le futur de l'UE.

artJazz via Getty Images

POLITIQUE - L’Union européenne va-t-elle durer? À en croire une étude rapportée par The Guardian, les Européens sont plutôt sceptiques. Le sondage, commandé par le Conseil Européen des Relations Étrangères (ECFR), montre que la majorité des habitants de l’UE pense qu’elle va s’effondrer d’ici 20 ans. 

Ainsi, en France, deuxième État le plus sceptique (derrière la Slovaquie 66%), 58% de la population ne voient pas l’Union européenne encore durer très longtemps. Parmi les pays sondés, qui représentent 80% des sièges au Parlement Européen, seul trois pays font confiance en majorité à la pérennité de cette institution : la Suède (44% sont dubitatifs), le Danemark (41%) et l’Espagne (40%). En revanche, en Allemagne, en Italie ou aux Pays-Bas, pays au départ de l’UE, plus de 50% des sondés n’y croient pas. 

L’étude s’attarde aussi sur l’éventualité d’hostilités entre États au sein de l’UE. Un tiers des électeurs français estime possible qu’un conflit éclate, et la proportion monte à 46% chez ceux qui prévoient de s’abstenir ou de voter pour un extrême. Nos voisins allemands voient 41% des électeurs de l’AfD (le parti d’extrême-droite) partager ce sentiment. 

Une écrasante majorité s’estimerait perdante en cas d’effondrement de l’UE

Malgré ces chiffres peu reluisants pour l’Europe, deux-tiers de ses habitants nourrissent de bons sentiments à l’égard de l’Union européenne. Pour le président de l’ECFR, Mark Leonard, à charge désormais aux partis pro-européens de convaincre la “majorité silencieuse”: “Le soutien pour les membres de l’UE est à son plus haut niveau depuis 1983, et pourtant une majorité d’électeurs craint que l’UE ne s’effondre. Le défi pour les pro-européens est d’utiliser cette peur de perdre pour mobiliser leur majorité silencieuse et de s’assurer que ce ne seront pas seulement les partis anti-système qui auront leur mot à dire le 26 mai.”

Enfin, 92% des citoyens européens s’estimeraient perdants en cas de fin de l’UE. Ne plus avoir une liberté d’échange pour travailler ou voyager par exemple est une des premières inquiétudes des électeurs. 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.