MAROC
22/04/2018 17h:50 CET | Actualisé 25/04/2018 18h:15 CET

Low-Tech Lab, l'initiative qui veut apprendre aux Marocains à consommer "mieux avec moins" (PHOTOS)

11 villes, 15 ateliers et conférences, 4 400 kilomètres.

ECOLOGIE - Ce dimanche 22 avril, c’est la Journée de la Terre. L’occasion de faire un constat: les Marocains consomment de plus en plus de produits gourmands en énergie et eau. Les conséquences de cette tendance sur l’environnement risquent d’être désastreuses pour les générations à venir.

Diagnostic établi, les membres de l’association ForGreenID ont décidé de lancer le Low-tech Lab Maroc. Ce projet a pour but de parcourir 11 villes, soit 4400 km, à travers le royaume, pour y organiser ateliers et conférences pour sensibiliser les citadins à un autre mode de vie “low-tech”.

En quoi consiste-t-il? “Concevoir des produits qui répondent aux besoins essentiels des personnes avec moins d’énergie, moins de ressources naturelles et moins chères, répond le Low-tech Lab Maroc dans un communiqué”. Ce sera un long chemin qui se fera à bord “utilitaire aménagé en atelier itinérant”.

Low Tech Lab
Low Tech Lab

“Le schéma de consommation actuel n’est pas faisable”

Pour l’initiateur du Low-tech Lab Maroc, Kamal Attila, “le schéma de consommation actuel n’est pas faisable”: “Chaque année, nous consommons les ressources de presque deux planètes, c’est une situation qui n’est pas vivable”, déclare-t-il au HuffPost Maroc. “Au sein de notre groupe, il y a des ingénieurs, des techniciens, des bricoleurs, nous avons voulu développer des technologies qui impactent moins l’environnement”, explique-t-il 

Pour Kamal Attila, le but premier de ce projet est de montrer qu’il existe et des méthodes alternatives aux modes de consommation actuels: “La low-tech, c’est concevoir des produits qui ont besoin de moins d’énergie et de ressources naturelles, coûtent moins chères et répondent aux besoins essentiels de la population”.

Une prise de conscience qui doit se faire, d’abord, dans les grandes villes du pays: “c’est là où les gens consomment le plus”, justifie Kamal Attila.

Low tech lab

“Les déchets peuvent être des ressources”

Au cours des ateliers, les participants pourront, notamment apprendre des méthodes concrètes pour baisser leur consommation: “On apprendra aux participant à fabriquer un système de filtration de l’eau en terre cuite, une éolienne dont le moteur est issue d’une imprimante et construite avec des matériaux recyclés, pour montrer que les déchets peuvent aussi être des ressources”.

Low Tech Lab

Des étapes qui ne concerneront pas uniquement les grandes villes. La petite camionnette du Low-tech Lab Maroc fera escale dans des zones moins denses: “on a une étape dans la région d’Ifrane dans un douar isolé, où ils ont un mode de chauffage qui consomme beaucoup de bois. Nous leur montrerons comment construire des chauffages à très haut rendement avec du matériel recyclé, donc pour eux cela aura une incidence directe”.  

La camionnette Low-Tech prendra la route à partir de juin 2018.