TUNISIE
25/06/2018 19h:48 CET

Lotfi Brahem présente ses excuses à la commission de sécurité et de défense de l'ARP, son avocat explique pourquoi

L’ancien ministre de l’Intérieur Lotfi Brahem a adressé, lundi, une lettre d’excuse à la commission de sécurité et de défense au parlement pour ne pas s’être présenté à l’audition.

AFP Contributor via Getty Images

L’ancien ministre de l’Intérieur, Lotfi Brahem a adressé, lundi, une lettre d’excuse à la commission de sécurité et de défense à l’Assemblée des représentants du peuple, dans laquelle, il affirme qu’il ne peut pas se présenter à l’audition prévue également lundi. C’est ce qu’a déclaré le président de la commission de la sécurité et de la défense, relevant de l’ARP, Abdellatif Mekki.

Afin de clarifier à l’opinion publique les raisons de l’absence de l’ancien ministre limogé de ses fonctions le 6 juin 2018, le Huffpost Tunisie a contacté son avocat, Habib Zammel, pour plus de détails.

Lotfi Brahem préfère saisir la justice


L’avocat Habib Zammel a affirmé au Huffpost Tunisie, que son client a suivi ses recommandations, en envoyant une correspondance officielle à l’Assemblée des représentants du peuple pour informer de son absence à la séance d’audition, prévue lundi, par la Commission de la sécurité et de la défense. Toutefois, “Lotfi Brahem est ouvert à collaborer avec l’Assemblée à travers moi” a-t-il déclaré.

“L’ancien ministre de l’Intérieur a dédié plus de 35 ans de sa vie dans le service de du pays, c’est une raison suffisante pour qu’il réserve son témoignage à la justice” a continué l’avocat de Lotfi Brahem.

Selon lui, son client est un technocrate et il préfère saisir la justice vue sa confiance dans les institutions judiciaires tunisiennes.

À cet égard, l’avocat a affirmé que son client l’a chargé de porter plainte contre trois parties, à savoir, le journaliste français, Nicolas Beau, le site Mondafrique et Al Jazeera, sur fond d’accusations selon lesquelles il aurait planifié un coup d’État. Dans ce sens il a expliqué que Lotfi Brahem a été sérieusement affecté par ces rumeurs sur le plan moral, avant d’ajouter que ce genre d’accusations peuvent toucher aux relations de la Tunisie avec les Émirats Arabes Unis.

Un simple citoyen

Habib Zammel a affirmé que Lotfi Brahem est un “citoyen ordinaire” et le parlement ne peut plus l’auditionner et lui demander des comptes, précisant que cela relève, actuellement, du pouvoir judiciaire, expliquant que la loi ne donne pas le droit au parlement d’auditionner les citoyens ordinaires.

La commission de sécurité et de défense du parlement a convoqué Lotfi Brahem, le ministre de l’Intérieur par intérim Ghazi Jeribi, ainsi que le porte-parole du gouvernement Iyed Dahmani pour une séance d’audition concernant le limogeage de l’ancien ministre de l’Intérieur amais aussi sur les rumeurs de la planification par l’ex-ministre d’un coup d’État.

Iyed Dahmani a réaffirmé lors de son audition que l’ancien ministre de l’Intérieur, Lotfi Brahem, a été limogé suite au naufrage de Kerkennah, tout en précisant que les rumeurs qui circulent sur les réseaux sociaux au sujet du limogeage de l’ancien ministre sont infondées ajoutant que le gouvernement n’a jamais évoqué la possibilité d’un coup d’État.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.