TUNISIE
14/06/2018 18h:10 CET | Actualisé 14/06/2018 18h:50 CET

Lotfi Brahem à l'offensive après des accusations de planifier un putsch

Le journaliste français, Nicolas Beau a publié un article titré “Tunisie, l’alliance ratée des Emiratis avec Lotfi Brahem”

Ancien ministre de l’Intérieur, démis de ses fonctions le 6 juin, Lotfi Brahem, est revenu, sur les ondes de Mosaïque fm, sur les raisons de son limogeage, ainsi que les accusations de putsch le mettant en cause. 

Pas de différend entre Youssef Chahed et Lotfi Brahem


Lotfi Brahem a indiqué qu’il entretenait de bonnes relations avec le chef du gouvernement, en précisant qu’il n’existe aucun différend entre eux, avant d’ajouter qu’il “respecte” sa décision de l’évincer du gouvernement. Il a, toutefois, révélé qu’il y un désaccord au niveau technique au sujet des nominations de certains sécuritaires et membres du cabinet.

Dans le même contexte, il a indiqué qu’il a servi l’intérêt national et accompli son devoir, évoquant son impartialité depuis de sa nomination de la part du  président de la République et le chef du gouvernement.

Lotfi Brahem dément toute tentative de putsch

S’exprimant au sujet de l’article du journaliste français, Nicolas Beau, publié sur Mondafrique, l’accusant de planifier un putsch avec “l’appui des Emirats Arabes Unis d’écarter définitivement de la vie politique tunisienne les islamistes du mouvement Ennahdha”, Lotfi Brahem a mis en doute la réputation du journaliste, en affirmant qu’il cherchait à induire les gens en erreur en coopérant avec des blogueurs tunisiens.
Des blogueurs “connus par leur attaques répétitives contre l’institution sécuritaire et leur harcèlement envers les forces de l’ordre”, selon ses dires.

L’ex ministre de l’intérieur a également assuré que ce genre d’accusations n’est qu’une tentative de déstabiliser le ministère et mettre en doute ses réussites dans sa lutte contre le terrorisme et qu’il portera plainte contre les responsables de cette rumeur de coup d’Etat. 

Il a précisé au sujet des accusations qu’il n’a rencontré aucun responsable des renseignements des Emirats à Djerba, en indiquant que le 29 mai, il était à la caserne de Bouchoucha avec les membres de la commission de la défense et que sa visite à Djerba était avant la date avancée par le journaliste.  Il a assuré qu’il n’a rencontré aucun responsable étranger à Djerba.

Quant aux dessous de sa visite en Arabie Saoudite, Lotfi Brahem, a avancé qu’elle était destinée à l’accomplissent des préparatifs de l’accord avec l’Arabie Saoudite concernant la construction d’un hôpital pour les forces armées et d’un centre spécialisé pour l’accueil des éléments de retour des zones de conflits. Il a souligné que le chef du gouvernement, le chef de l’Etat et le ministre des Affaires étrangères étaient au courant des détails de sa visite. “Même la rencontre avec le  roi était planifiée et j’avais des messages à transmettre de la part du président  de la République et du chef du gouvernement et au roi. L’ambassadeur de Tunis en Ryad était présent sur place également”, dit-il. 


D’autre part, Brahem a assuré que certaines réservations touristiques ont été annulées à cause de la rumeur diffusée par Nicolas Beau sur la préparation d’un coup d’Etat en Tunisie. Il a annoncé qu’il a porté plainte contre  Nicolas Beau et le bureau de la chaine Al Jazeera à Tunis. 

À  propos de l’arrestation de son prédécesseur Najem Gharsalli, Lotfi Brahem a révélé qu’il n’y avait aucun mandat d’amener le visant que l’histoire du délai de 48 heures est une intox. 


Brahem s’explique au sujet de la guerre contre la corruption

Evoquant le sujet des accusations de complicité et de volonté de ne pas faire réussir la guerre entamé par Youssef Chahed contre la corruption, il a expliqué que ce n’est pas lui qui est charger de mettre en prison les gens et de les  libèrer, mais le parquet, en soulignant qu’il est anormal de les laisser en état de résidence surveillée, alors qu’il n’y a pas de dossiers.

 À noter que  le ministre de l’Intérieur par intérim, Ghazi Jeribi, a indiqué que les autorités tunisiennes sont “en train d’analyser les informations relayées par certains médias étrangers faisant état de l’échec d’une tentative de coup d’Etat, afin de vérifier leurs sources et leur fiabilité”.

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.