MAROC
09/01/2019 12h:52 CET

Lors d'une question orale, El Khalfi promet aux députés plus d'efforts pour répondre à leurs questions écrites

Depuis octobre, la Chambre des conseillers a adressé 1889 questions écrites au gouvernement.

Anadolu Agency via Getty Images

PARLEMENT - Au conseil de gouvernement du 13 décembre dernier, le chef du gouvernement, Saad-Eddine El Othmani, appelait ses ministres à être plus assidus aux séances des questions orales du Parlement, mais aussi aux réunions de ses commissions et aux séances plénières qu’il tient. “Les ministres doivent veiller également à répondre aux questions écrites et en prendre soin sur le plan quantitatif et qualitatif”, avait-il insisté estimant que c’est une question de “fidélité à nos missions envers l’institution législative qui a un rôle important”.

Un message rappelé, hier, par le porte-parole du gouvernement et ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement et la Société civile, Mustapha El Khalfi, dans une réponse à une question posée par le groupe PJD à la Chambre des conseillers. Dans celle-ci, les députés demandaient à connaitre les raisons du retard qu’accuse le gouvernement à répondre à leurs questions écrites. “Sur ce point, je ne peux qu’être d’accord avec vous”, a reconnu le ministre, précisant que certains secteurs du gouvernement accusent, en effet, du retard vis-à-vis duquel le chef du gouvernement a dû même interpeller par écrit son équipe.

“Le chef du gouvernement a adressé le 12 décembre une lettre aux membres du gouvernement leur demandant de traiter ces questions et nous avons également tenu une réunion avec les conseillers chargés des questions parlementaire, le 26 décembre”, a-t-il indiqué. Et de souligner l’importance de donner suite à ces questions liées surtout aux difficultés que vivent les citoyens.

Un effort, il y en a eu, cependant, selon El Khalfi qui a présenté des données chiffrées en preuve. “Depuis la session législative d’avril, nous sommes passés d’un taux de réponse de 34% à 59%. Mais avec la croissance du nombre des questions depuis la session d’octobre, il y a eu recul de 4 points”, a-t-il précisé. 

Par rapport à la Chambre des conseillers, le ministre a indiqué que le nombre de questions écrites, depuis le début de l’année législative (octobre), a atteint 1889, dont 940 ont fait l’objet de suite. “4 ont été retirées et sur les 945 qui restent, certaines n’ont pas encore dépassé le délai de réponse de 20 jours. Nous sommes à un taux de réponse de 49,76%, soit la moitié”, a-t-il fait remarquer.

Et de préciser le groupe PJD qui l’a interpellé sur le sujet est, en fait, le plus chanceux par rapport à d’autres ”à qui on a du mal à répondre”. “Le PJD a lui seul totalise 65% des réponses à la Chambre des conseillers”, a-t-il affirmé, promettant que le gouvernement fera des efforts pour répondre à toutes les questions écrites qui lui parviennent.