MAROC
02/06/2019 13h:39 CET

Lors des thérapies de couples, ce que disent les femmes de leur partenaire

Voici une liste non exhaustive des problèmes et des reproches les plus souvent formulés.

KatarzynaBialasiewicz via Getty Images

VIE DE COUPLE - Sur le sujet des relations amoureuses, les patients sont souvent plus honnêtes avec leur thérapeute qu’avec leurs amis et leur famille, à qui ils donnent des versions plus édulcorées de la situation.

Nous avons d’abord interrogé des thérapeutes pour savoir quels étaient les reproches des hommes sur leur partenaire. Aujourd’hui, les femmes ont la parole. Voici ce qu’elles disent et comment les conseillers conjugaux les aident à résoudre leurs problèmes.

Mon partenaire n’assume pas ses responsabilités domestiques et parentales

“La charge mentale fait référence au travail invisible de la personne qui ‘connaît’ et ‘gère’ le foyer”, explique-t-elle. “On attend des femmes qu’elles dressent la liste des courses à faire quand le frigo se vide, organisent l’agenda social, la garde des enfants et les rendez-vous chez le médecin, s’occupent des obligations scolaires et achètent les cadeaux pour la famille ou les amis.

Évidemment, elles peuvent déléguer et demander de l’aide à leur partenaire, mais le fait est qu’elles restent toujours dans la position du ‘manager’ et risquent de se voir qualifiées de ‘casse-pieds’.”

Deborah Duley, thérapeute du cabinet de conseil Empowered Connections, dédié aux femmes, aux jeunes filles et à la communauté LGBTQ+, dit avoir entendu la même remarque chez ses patientes homosexuelles. Elle leur conseille d’en parler calmement avec leur partenaire, de leur dire qu’elles se sentent dépassées et d’énumérer les tâches qu’elles souhaiteraient les voir assumer. Dans la plupart des cas, l’autre ne se rend pas compte de la situation ou ne sait pas vraiment comment y remédier.

“Avoir une tâche précise à faire, comme préparer le dîner, donner le bain aux enfants ou passer l’aspirateur permet au partenaire de se sentir plus utile et à ma patiente de se sentir soutenue. Tout le monde y gagne”, explique-t-elle.

Mon partenaire dit que je suis “folle” ou “malade”

Ces mots sont utilisés depuis longtemps pour rejeter ou minimiser les sentiments ou les expériences, souvent légitimes, des femmes. Quand quelqu’un, notamment votre partenaire, vous lance cette étiquette à la figure, cela peut être à la fois blessant et frustrant.

“On appelle cela le ‘rejet émotionnel’”, précise Laura Heck, thérapeute conjugale et coanimatrice du site Marriage Therapy Radio. “Il s’agit d’une piètre tentative de manipulation des grandes émotions de la part d’un partenaire qui, en général, est mal à l’aise face à elles. Lorsque nous éprouvons de la colère, de la tristesse ou de la frustration, nous cherchons du réconfort chez l’autre. Malheureusement, celui-ci peut être terrifié par ces émotions et faire tout son possible pour vous empêcher de les exprimer.”

Dans ce genre de scénario, elle conseille à ses patientes de s’interroger sur ce que dit la réaction de l’autre face à la tristesse qu’elles expriment.

Mon partenaire ne se livre pas

Selon Jennifer Chappell Marsh, les femmes ont tendance à se sentir davantage connectées émotionnellement à leurs partenaires quand elles peuvent parler ouvertement de leurs sentiments et savent que c’est réciproque. Si, dans le couple, l’un s’ouvre et l’autre pas, cela peut créer un véritable fossé.

“Le lien affectif stimule la perception positive qu’on a de soi et de la relation amoureuse: je compte pour lui et il est là pour moi. L’inverse est aussi vrai. Lorsqu’une femme se sent émotionnellement déconnectée de son partenaire, elle a souvent l’impression de ne pas être proche de lui, de ne pas compter et de ne pas être aimée”, dit-elle.

Et d’ajouter que les normes culturelles et les attentes de genre pourraient expliquer pourquoi, surtout dans les relations hétérosexuelles, les hommes ont plus de difficulté à identifier leurs sentiments et à en parler.

“La plupart des hommes apprennent à ne pas montrer leurs émotions”, poursuit-elle. “Dans un couple, c’est souvent interprété, à tort, comme un manque d’intérêt ou d’envie de comprendre l’autre.”

Pour remédier à ce problème, elle suggère aux couples de se réserver régulièrement du temps pour se retrouver et parler.

“Pendant ces temps privilégiés, il est essentiel de créer un environnement propice à la détente et à la confiance. Plus le ton de la conversation sera neutre et sans jugement, plus l’autre aura envie de mettre des mots sur ses émotions”, dit-elle.

Je me sens sexuellement invisible aux yeux de mon partenaire

Dans une relation longue, il n’est pas rare que des périodes d’abstinence sexuelle se produisent ou que l’intimité diminue avec le temps. Il faut entretenir la flamme et cela demande des efforts. Les patientes de Deborah Duley disent souvent ne plus se sentir désirées comme au début de leur relation.

“Elles ont l’impression d’être sexuellement invisibles, qu’elles soient mariées ou en couple depuis longtemps. En creusant, on s’aperçoit que, généralement, le quotidien a pris beaucoup de place et que les deux partenaires n’ont pas pris le temps de nourrir leur relation de manière continue.”

Pour relancer la machine, elle conseille aux couples de se remémorer les sorties ou les activités qu’ils avaient l’habitude de faire ensemble et de s’y atteler à nouveau.

Pour se sentir sexy ou avoir plus confiance en elles, les femmes peuvent par exemple faire du sport régulièrement, enfiler leur tenue préférée ou danser seules devant le miroir, tout en essayant de resserrer le lien intime avec leur partenaire en se faisant des câlins, en s’envoyant des sextos ou en se bécotant pendant des heures. Tout cela devrait faire des étincelles.

Je ne comprends pas pourquoi mon partenaire ne réagit pas comme moi

Les patientes de Susan Pease Gadoua, co-auteur de The New I Do: Reshaping Marriage for Skeptics, Realists and Rebels, expriment leur incompréhension ou leur déception face à la réaction de leur partenaire masculin devant une situation bouleversante. Celle-ci passe souvent, à tort, pour de l’indifférence. Or, ils traitent tout simplement ces situations autrement, parce qu’ils compartimentent leurs sentiments ou parce qu’on leur a appris, dès leur plus jeune âge, à dissimuler leurs émotions.

“Récemment, lors d’une séance avec un couple, la femme a dit à son mari qu’elle avait été très déçue de sa réaction lorsqu’elle s’était cassé la jambe dans un accident de ski”, confie-t-elle. “Au lieu de manifester de l’empathie face à sa douleur, sa perte de mobilité et son arrêt maladie, il lui a dit de ‘passer à autre chose’ et lui a fait comprendre qu’il ne souhaitait plus en parler. Elle était dévastée par sa froideur et son indifférence. Il s’est rendu compte plus tard qu’il avait réagi comme il réagissait vis-à-vis de lui-même. Les hommes sont conditionnés pour ‘ignorer’ la douleur, les problèmes et les peurs.”

Mon partenaire n’est pas tendre

“Je suis toujours désemparée lorsque des femmes entrent dans mon bureau et passent la séance à critiquer leur partenaire à coup d’insultes et d’attaques et lui disent: ’Tu n’as jamais de gestes d’amour ou d’affection’”, confie Laura Heck.

Dans ce genre de cas, la femme a généralement fait plusieurs tentatives de rapprochement en demandant à l’autre de s’asseoir à côté d’elle sur le canapé (pour se blottir contre lui) ou en essayant de lui prendre la main lors d’une promenade. Face à l’aveuglement de son partenaire, elle perd patience et s’en prend à lui dans l’espoir de susciter une réaction, même si ce n’est pas celle escomptée.

“C’est seulement lorsqu’elle passe à l’attaque qu’il réagit enfin”, conclut-elle. “La réponse qu’elle obtient n’est jamais l’amour et l’affection qu’elle recherche, mais c’est au moins quelque chose. Les petits gestes d’amour, de gentillesse et d’affection sont importants, et vous pouvez en abuser. Rappelez-vous qu’il faut donner pour recevoir.”

Cet article, publié sur Le HuffPost américain, a été traduit par Karine Degliame-O’Keeffe pour Fast Forword