ALGÉRIE
25/08/2019 15h:14 CET

L'ONU suit de près les tentatives illégales de vente de pétrole libyen

AFP

La Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL) a déclaré suivre de près les tentatives de vente illégale de pétrole libyen. Lors de sa rencontre vendredi avec Mustafa Sanalla, président de la National Oil Corporation (NOC) du gouvernement libyen, Stephanie Williams, représentante spéciale adjointe du secrétaire général des Nations unies pour les affaires politiques en Libye,  a “souligné que l’ONU suivait de près les tentatives de vente de pétrole en violation des résolutions de l’ONU sur la sécurité et réaffirmé que la NOC était la seule entité internationalement reconnue jouissant du droit d’exporter et de vendre du pétrole libyen”, selon un communiqué de la MANUL.

La Libye est politiquement divisée entre un gouvernement basé à l’Ouest soutenu par l’ONU et un autre à l’est, chacun ayant sa propre compagnie pétrolière. La plupart des ports et des champs pétroliers sont toutefois contrôlés par les forces du général à la retraite, Khalifa Haftar.

L’Armée nationale libyenne (ANL), basée dans l’est de la Libye, mène une offensive depuis début avril pour conquérir la capitale libyenne, où siège le gouvernement d’union nationale reconnu par la communauté internationale.

Condamnations internationales

Les Nations Unies, l’Union européenne et de nombreux autres pays ont condamné l’action militaire des forces de Haftar et l’ont considérée comme une atteinte à tous les efforts déployés pour parvenir à une solution politique en Libye qui mettrait fin à la crise dont s’engouffre le pays depuis 2011.

Selon un dernier bilan publié par le Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR) de l’ONU, les combats aux abords de Tripoli ont fait 1093 morts et 5752 blessés. Ils ont également forcé 120000 personnes à quitter leur foyer.