MAROC
06/09/2018 12h:29 CET

L'ara de Spix, l'oiseau star du film "RIO" fait maintenant partie des espèces disparues

L'ara de Spix et sept autres espèces sont officiellement classées comme "éteintes à l'état sauvage".

20TH CENTURY FOX

FAUNE - Vous connaissez forcément ce petit oiseau de couleur bleu, star du film d’animation “RIO”, réalisé par les créateurs de “L’âge de glace”. Si l’oiseau a enchanté les enfants au cinéma en 2011, la réalité est bien plus sombre.

Selon une étude de Birdlife International reprise ce mardi 4 septembre par le quotidien The Guardian, l’ara de Spix et sept autres espèces d’oiseaux sont officiellement ajoutées à une liste d’extinctions confirmées ou hautement probables par des chercheurs. Toutes ces espèces auraient disparu au cours du XXIe siècle.

“Le dernier individu connu d’Ara de Spix a disparu en 2001 dans la nature, mais des recherches étaient en cours depuis et ce n’est que maintenant que nous sommes suffisamment confiant pour le classer dans la catégorie”, a expliqué le co-auteur de l’étude, Stuart Butchart.

PATRICK PLEUL via Getty Images

 

Parmi les autres espèces mentionnées dans cette étude, on retrouve le po-o-uli masqué, le cryptic treehunter ou encore l’anabate d’Alagoas. Cinq des huit extinctions nouvellement recensées ont eu lieu sur le continent sud-américain, dont quatre au Brésil.

Sursaut d’espoir

“Historiquement, 90% des extinctions d’oiseaux étaient de petites populations sur des îles éloignées. Nos chiffres montrent qu’il y a une vague croissante d’extinctions sur le continent, entraînée par la perte d’habitat due à une agriculture intensive, au drainage et à l’exploitation forestière”, explique Stuart Butchart.

Les chercheurs de BirdLife International (l’autorité aviaire de la liste rouge des espèces menacées de l’Union internationale pour la conservation de la nature) ont procédé à l’étude de 51 espèces en danger critique d’extinction pendant huit ans pour arriver à ces résultats.

Cependant, il reste encore de l’espoir pour l’ara de Spix. La classification ”éventuellement éteinte à l’état sauvage” correspond à des espèces connues pour survivre en captivité. L’oiseau n’a donc pas totalement disparu de la surface de la planète mais cette étude met en évidence l’urgence de la crise d’extinction actuelle, portant le nombre d’extinctions d’oiseaux confirmés ou probables à plus de 187 depuis l’année 1500.

L’étude note toutefois un dernier point d’amélioration. Les chercheurs ont trouvé une espèce moins menacée que ce qui était craint par le passé et recommandent donc de supprimer la classification “peut-être éteinte” de la fauvette à anches de Moorea en Nouvelle-Calédonie.

Pour Stuart Butchart, il est important de ne pas déclarer prématurément un oiseau éteint. En effet, l’abandon des efforts de conservation pourrait accélérer la disparition d’une espèce, mais des évaluations précises de l’extinction restent essentielles pour un travail efficace de conservation.

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost France.

LIRE AUSSI