TUNISIE
20/09/2018 16h:26 CET

L'IVD doit montrer la voie vers la réconciliation nationale avant la restitution de son rapport final estime Ben Sedrine

”Avant de parler de réconciliation, il faut remédier à un certain nombre de lignes de fracture qui ont désactivé les liens sociaux"

FETHI BELAID via Getty Images

L’Instance Vérité et Dignité (IVD) doit proposer des voies et des chemins vers la réconciliation nationale, alors qu’elle s’apprête à remettre les clés, a affirmé jeudi la présidente de l’Instance Sihem Ben Sedrine, à l’occasion d’un colloque international sur la sortie de conflit et les réconciliations.

Il s’agit, selon elle, d’identifier les obstacles, d’apporter des réponses et d’avancer des propositions de réconciliation qui seront inclues au rapport final de l’Instance.

Selon Ben Sedrine, “les réconciliations” passent impérativement par la révélation de la vérité, la reconnaissance du tort et la réparation du préjudice mais surtout par le consentement de la victime à accepter le pardon.

”Avant de parler de réconciliation, il faut remédier à un certain nombre de lignes de fracture qui ont désactivé les liens sociaux et exposé le pays à des violences”, a estimé Ben Sedrine.

“Il s’agit de fracture au sein du noyau familial, de fracture dans le milieu du travail, de fracture au sein d’un même quartier, de fracture territoriale et régionale, mais surtout de fracture entre les citoyens et les institutions de l’État qui ont été à l’origine des violations, alors qu’elles auraient du protéger les droits et libertés”, a-t-elle expliqué.

Au cours de cette rencontre qui se poursuivra jusqu’à vendredi, Ben Sedrine a mis l’accent sur l’importance de ce colloque qui, loin des politiques et des enjeux politiques, va examiner les défis avec une communauté scientifique.

“Il s’agit d’avoir une approche non chargée politiquement pour poser les vrais problématiques de réconciliation parce que si nous parvenons à avoir un débat serein, nous allons pouvoir avoir aussi une réponse sereine à la question “, a-t-elle dit.

Initié par l’académie tunisienne des sciences, des lettres et des arts Beit Al Hikma et l’Association internationale d’ethnopsychanalyse (section Tunisienne) en collaboration avec le laboratoire de psychologie clinique – intersubjectivité et culture et la revue transculturelle l’Autre, ce colloque va se pencher sur la sortie des conflits, les réconciliations, la résilience et les moyens de soigner en temps de crise.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.