MAROC
20/04/2019 18h:37 CET

Littérature jeunesse: La Cigogne volubile revient pour une 9e édition placée sous le signe du conte africain

Une édition ramadanesque.

Zaü

CULTURE - La littérature jeunesse à l’honneur. Initiée par l’Institut français de Meknès, la Cigogne Volubile – Printemps des livres jeunesse du Maroc “déploie ses ailes” sur l’ensemble du réseau de l’Institut français du Maroc, annonce l’Institut français dans un communiqué.

Cette 9e édition se tiendra les jeudi 23, vendredi 24 et samedi 25 mai 2019 autour du thème “Conte et Afrique”.

Une édition ramadanesque donc pour ce salon, qui s’adaptera au rythme particulier de ce mois. “On va mener beaucoup d’actions le matin avec les écoles. Après on fera une longue pause jusqu’à la rupture du jeûne et après les ftours et la dernière prière, nous allons démarrer nos programmes de soirée avec les spectacles, les activités, les rencontres, etc”, explique au HuffPost Maroc Lyliane Dos Santos, directrice de l’Institut français de Meknès.

Une édition cette année qui sera placée sous le signe des contes africains.“Il y a une vrai belle culture du conte africain”, nous explique Lyliane Dos Santos. “Cela rejoint les contes des Mille et une nuit, on rentre dans un imaginaire enfantin qui nous semblait intéressant”. “Ce salon s’adresse essentiellement à un public de 4 à 12 ans et il faut faire rêver les enfants”, insiste-t-elle.

Durant 3 jours, la Cigogne Volubile – Printemps des livres jeunesse du Maroc accueillera auteurs, illustrateurs, conteurs, libraires, comédiens et musiciens: Mohamed Adi (Algérie), Naziha Bouras-Chamot (Maroc), Nezha Chevé (Maroc), l’École Nationale de Cirque Shems’y (Maroc), Nathalie Dieterlé (France), Halima Hamdane (Maroc), Souleymane Mbodj (Sénégal), Dominique Mwankumi (République Démocratique du Congo), Bruno Pilorget (France), Mamadou Sall (Mauritanie), Bintou Sombié (Burkina Faso), Adrienne Yabouza (République Centrafricaine), et bien d’autres…

Rencontres avec les écoliers

L’invité d’honneur de cette édition est le dessinateur français Zaü (Les enfants de l’Antilope, Léon et son Croco, L’enfant qui savait lire les animaux…), un vétéran de l’illustration, qui a publié son premier livre en 1967. 

Ce dernier, qui a d’ailleurs réalisé l’affiche de l’édition, sera mis à l’honneur par les Instituts avec l’exposition de plusieurs de ses oeuvres.

Des spectacles sont aussi à prévoir. A Meknès notamment l’école de cirque Shems’y réalisera 6 tableaux de cirque, sous la forme d’une déambulation dans les jardins de l’institut “qui mèneront au théâtre de l’institut où aura lieu un spectacle d’ombre jeudi 23 mai”, explique Lyliane Dos Santos.

“Vendredi il y aura également une soirée avec deux conteurs venant du Burkina Fasso et Sénégal, qui narreront deux contes.”

A prévoir également, des rencontres professionnelles avec des illustrateur, conteurs, mais aussi des ateliers à l’intérieur des écoles sur différents sujets”, nous explique la directrice de l’Institut.

Des rencontres qui concerneront plus de 20.000 enfants à l’échelle nationale “soit 225 projets de classe”.

La directrice dit avoir observé un intérêt particulier des jeunes pour la littérature avec une hausse de 7% par rapport à l’année précédente, des emprunts à la médiathèque de l’Institut. 

Comme le rappelle l’institut, en 2018, 386 activités animées par les 60 professionnels invités ont permis à plus de 20.000 enfants de rencontrer le monde merveilleux du livre. 

Plus de 600 livres ont été offerts aux enfants d’écoles publiques et associations grâce au dispositif solidaire des chèques-livres, financé par des donateurs privés ou des entreprises.