MAROC
23/02/2016 07h:44 CET | Actualisé 23/02/2016 07h:45 CET

Listes nationales des jeunes: leur maintien ou leur suppression dépendra de la volonté des partis

AIC
Listes nationales des jeunes: leur maintien ou leur suppression dépendra de la volonté des partis

ÉLECTIONS - Lundi 22 février, le Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane a rencontré les secrétaires généraux des chabibas des partis afin de recueillir leurs avis sur les listes nationales des jeunes.

Durant cette rencontre, Abdelilah Benkirane a fait part aux chefs des jeunesses des partis politiques de son voeu de prendre en compte leurs avis sur la question, et a assuré que le maintien ou la suppression de ces listes dépendra de la volonté des partis politiques qui participent au dialogue pré-électoral. Ainsi, les secrétaires généraux des jeunesses rencontreront, par la suite, les chefs de leurs partis politiques respectifs afin d'étudier plus en détail la question, et de soumettre une décision dans ce sens au Chef du gouvernement.

Si Abdelilah Benkirane a déclaré aux secrétaires généraux des chabibas qu'il n'est "ni pour ni contre le maintien des listes nationales", comme le rapporte notre confrère Akhbar Al Yaoum, on estime, au Parti de la justice et du développement (PJD), que la question mérite un examen approfondi. Ainsi, "le parti étudie présentement la question, avant de prendre position sur les listes des jeunes", et se prononcer pour ou contre leur maintien, comme l'a expliqué au HuffPost Maroc Abdelhak El Arabi, président de la commission des élections au PJD.

Les listes nationales consacrent 30 sièges à la Chambre des représentants aux jeunes, et 60 aux femmes. Ces "90 membres sont élus au titre d’une circonscription électorale nationale créée à l'échelle du territoire du Royaume", selon l'article premier de la loi organique relative à la Chambre des représentants.

Les listes nationales ont été mises en place pour réserver des sièges aux femmes et aux jeunes, que les décideurs considèrent comme défavorisés par le vote. Tandis que certaines organisations, associatives notamment, considèrent les listes des jeunes comme une forme de rente politique, certaines formations politiques avancent que cette mesure de discrimination positive est essentielle, et vise à assurer une représentation parlementaires aux jeunes.

LIRE AUSSI: