MAROC
24/09/2018 13h:19 CET

L'Irlande reconnaîtra la Palestine si les négociations continuent d'échouer

Et considère que d'autres pays européens pourraient lui emboîter le pas.

Clodagh Kilcoyne / Reuters
Simon Coveney, ministre irlandais des Affaires étrangères, et le Premier ministre irlandais Leo Varadkar, entourent le président palestinien Mahmoud Abbas, le 22 septembre 2018. 

PALESTINE - Alors que l’Autorité Palestinienne effectue une tournée diplomatique en Europe, ses dirigeants ont peut être trouvé des alliés de choix en Irlande. Le pays du trèfle a en effet annoncé le 22 septembre dernier, par le biais de Simon Coveney, ministre des Affaires étrangères, que si les “négociations restent dans l’impasse”, l’Irlande reconnaîtra la Palestine, rapporte le journal Irish Times. 

“Nous avons fait le choix de ne pas reconnaître officiellement encore l’État de Palestine”, a déclaré Simon Coveney. “Mais si cette impuissance perdure en termes de dialogue, nous serons forcés de revoir ce choix pour des raisons manifestes, comme cela sera le cas également, je le pense, d’un grand nombre d’autres pays en Europe”.

L’Irlande, qualifié par Times of Israel d’État le plus “pro-palestinien d’Europe”, est notamment devenu en juillet dernier le premier pays européen a voter en son sénat une loi bannissant les produits issus des colonies israéliennes en Cisjordanie, rapporte The Guardian. Cependant, cette loi allant à l’encontre des règles européennes risque d’être impossible à appliquer, comme le rappelle Times of Israel. En effet ,le pays n’a pas le droit d’“interdire l’importation de produits disponibles ailleurs dans l’Union”.

L’Espagne réfléchit aussi à une reconnaissance

Une déclaration qui intervient quelques jours après celles du ministre des Affaires étrangères espagnoles, Josep Borrell, qui a également affirmé que la pays tenterait de promouvoir une reconnaissance européenne de l’État palestinien, rapporte Haaretz. L’Espagne n’exclut pas non plus la possibilité de reconnaitre unilatéralement un État palestinien si les négociations ”échouent”.

En effet comme le rapporte le journal israélien, le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, est de plus en plus poussé par les partis de gauche à reconnaître la souveraineté de l’État palestinien. Cependant, selon la même source, les autorités ibériques craignent qu’une telle action pousse Israël à, de son côté, reconnaitre la Catalogne comme État indépendant.

Des annonces faites alors qu’à Gaza, les affrontements continuent antre l’armée israélienne et les manifestants palestiniens. Un palestinien a été tué et 20 autres ont été blessés dans la nuit de dimanche à lundi par des tirs des soldats israéliens stationnés le long de la frontière sud-est de Gaza, indiquent des sources médicales palestiniennes relayées par la MAP