TUNISIE
06/09/2018 09h:23 CET

L'Instance Nationale de Lutte Contre la Corruption pourrait poursuivre l'enquête sur l'affaire "Halk El Menzel" selon Chawki Tabib

Une réunion s'était déroulée avec le chef du gouvernement, dans la foulée des limogeages de responsables dans le secteur énergétique.

Anadolu Agency via Getty Images

Le président de l’Instance Nationale de Lutte Contre la Corruption (INLUCC) Chawki Tabib a affirmé, mercredi, que l’INLUCC pourrait poursuivre l’enquête sur l’affaire “Halk El Menzel”.

Revenant sur la réunion qui s’est déroulée vendredi entre lui et le chef du gouvernement Youssef Chahed, immédiatement après le limogeage du ministre de l’Énergie et des mines ainsi que de nombreux responsables du secteur énergétique pour corruption, Chawki Tabib affirme: “Lors de cette rencontre, le chef du gouvernement m’a informé de ce dossier et des éléments qu’il avait en sa disposition. Je lui ai alors demandé, s’il en voyait l’utilité, de transférer ce dossier à l’INLUCC pour terminer l’enquête, et je pense que c’est ce qui va se passer” a-t-il expliqué.

Vendredi, la présidence du gouvernement avait annoncé le limogeage du ministre de l’Énergie et des miens Khaled Kaddour, du secrétaire d’État aux mines ainsi que d’autres responsables dans le secteur énergétique.

Selon le porte-parole du gouvernement, cela serait dû à l’affaire du champ pétrolier de “Halk El Menzel” dont la concession s’est terminée en 2009 mais qui est en train d’être exploitée. La société détentrice de la concession, tout comme le ministre limogé, avaient alors nié ces accusations affirmant que le contrat dure jusqu’en 2029.

Crée par le décret-loi 2011-120 du 14 novembre 2011, l’INLUCC a une “mission générale de facilitateur en matière de lutte contre la corruption: elle propose des politiques de lutte contre la corruption, édicte les principes d’orientation générale, donne son avis sur les projets de textes législatifs et réglementaires relatifs à la lutte contre la corruption, réunit des données relative à la corruption, facilite le contact entre acteurs, et diffuse une culture anti-corruption” selon son site web.

En outre, l’instance ne se substitue pas à la Justice puisque elle doit obligatoirement lui transmettre les requêtes, informations ou enquêtes sur des cas de corruption.