MAROC
11/12/2018 17h:30 CET

L'industrie de la mode s'engage (enfin) contre le réchauffement climatique

43 entreprises et grands groupes de la mode ont signé une charte lors de la COP24.

zhudifeng via Getty Images

MODE - C’est un grand pas vers une mode plus éco-responsable qu’ont entrepris plusieurs acteurs majeurs de l’industrie mondiale de la mode et du luxe, en approuvant la “Fashion Industry Charter for Climate Action” (la “Charte de l’industrie de la mode surl’action climatique”) pour lutter contre le réchauffement climatique, lundi 10 décembre à Katowice, en Pologne. Présentée à l’occasion de la conférence des Nations Unies sur le climat (COP24), la charte vise à réduire l’empreinte de l’ensemble de la chaîne de production du secteur sur le climat.

Ainsi plus de 43 entreprises et maisons emblématiques dont Adidas, Burberry, H&M group, Esprit, Guess, le groupe de luxe Kering (Gucci, Saint Laurent, Balenciaga) ou encore le groupe Inditex (détenant Zara, Massimo Dutti, Oysho, Uterqüe...) et Stella McCartney se sont engagées à mettre en œuvre ou à soutenir les 16 principes et objectifs validés par l’ONG WWF, que comprend la charte, aux côtés d’entités du secteur telles que le Conseil national chinois du textile et du vêtement, la Outdoor Industry Association et le Textile Exchange, ainsi que la société de logistique mondiale, Maersk.

Soutenue par un éventail d’organisations et d’ONG, la signature de cette charte représente une mesure historique qui démontre la prise de conscience des professionnels du secteur de la mode dans l’équation climatique. Réalisée sous la houlette des UN Climate Change, elle vise à mettre toute la chaîne de valeur à contribution pour lutter contre le changement climatique. La charte fait échos aux ambitions de l’Accord de Paris, et vise à atteindre des émissions nettes nulles pour l’industrie de la mode d’ici 2050.

Il est à noter que l’industrie de la mode comprend notamment les industries du textile, du vêtement, du cuir et de la chaussure, de la production de matières premières à la fabrication de vêtements, d’accessoires et de chaussures, ainsi que la distribution et les chaînes d’approvisionnement.

“L’industrie de la mode a toujours eu plusieurs longueurs d’avance dans la définition de la culture mondiale. Je suis heureuse de voir qu’elle ouvre également la voie en matière de lutte contre le changement climatique”, se réjouit la Secrétaire exécutive des Nations Unies sur les changements climatiques, Patricia Espinosa, dans un communiqué. “Je félicite les signataires de cette importante charte, qui représente un engagement et une collaboration uniques de la part de nombreux leaders de la mode”.

Molina86 via Getty Images

“La Charte de l’industrie de la mode sur l’action pour le climat représente un effort collectif des acteurs de l’industrie pour soutenir les objectifs de l’Accord de Paris. Nous apprécions le fait que l’ONU Climate Change ait mis en place une plate-forme mondiale et appelons nos pairs du secteur à se joindre à l’initiative”, souligne Bjørn Gulden, PDG de Puma.

En adhérant à cette charte, les PDG et présidents des organisations signataires ont confirmé leur engagement à lutter contre le changement climatique et ont exprimé leur volonté d’intensifier la collaboration dans et au-delà du secteur de la mode vers un avenir plus propre et sobre en carbone.

Pour rappel, en février dernier, plusieurs leaders de la mode s’étaient portés volontaires pour former un mouvement de discussion autour d’actions climatiques au sein de groupes de travail présidés par PUMA SE et le groupe H&M. La charte signée lundi 10 décembre lors de la COP24, en Pologne, est un appel lancé à l’industrie de la mode à s’engager dans la lutte contre le changement climatique. Selon Fashion Network, la signature symbolique du document doit donner lieu, à partir de début 2019, à des groupes de travail devant définir les principes et actions de la charte.