TUNISIE
10/07/2018 11h:05 CET | Actualisé 10/07/2018 11h:05 CET

Limogeages et nominations au ministère de l'Intérieur, attentat de Ghardimaou: Ghazi Jeribi fait le point

“La question qui se pose est: Pourquoi ces postes n’ont pas été comblés pendant de longues années?"

Dans une interview exclusive accordée à la Télévision nationale, le ministre lde la Justice et ministre de l’Intérieur par intérim Ghazi Jeribi est revenu sur la situation du ministère de l’Intérieur mais également sur l’attaque terroriste de Ghardimaou.

Interrogé sur la stratégie de la Tunisie dans la lutte contre le terrorisme, Ghazi Jeribi a affirmé que le terrorisme est un fléau mondial et que sa lutte concerne tous les pays.

En Tunisie, “nous avons réussi à les acculer, ce qui explique leur présence dans certaines régions montagneuses surtout sur la frontière tuniso-algérienne” a-t-il précisé.

“La situation est rassurante. Toutes les autres régions, touristiques ou non, sont sous contrôle” a rassurer le ministre expliquant que des “menaces existent toujours”: “Nous ne sommes pas surpris qu’ils se préparent ou qu’ils essayent. Ils échouent 19 fois, et malheureusement peut-être réussissent-ils une fois”.

Indiquant qu’il s’agit d’une bataille de longue haleine, il affirme que les forces de sécurités tunisiennes “en ont gagné de très nombreuses” et qu’une attaque ne doit pas remettre en cause le travail effectué par le ministère de l’Intérieur et de la Défense.

“La lutte contre le terrorisme ne concerne pas seulement le ministère de l’Intérieur. Cela concerne aussi le ministère de la Défense, le ministère de l’Éducation, de la Femme et tous les autres ministères. Il faut aujourd’hui, tous ensemble mettre en place une stratégie pour éliminer définitivement le terrorisme” a-t-il appelé.

Des nominations mais pas de limogeages

Interrogé sur la prétendue vague de limogeages au ministère de l’Intérieur, Ghazi Jribi affirme: “C’est un grand mensonge. Pourquoi? Parce que quand j’ai été chargé d’être ministre de l’Intérieur par intérim, j’ai trouvé 250 postes vacants!”

“Nous avons réussi à combler 104 postes en ce qui concerne la sécurité nationale le 09 juin. Le 14 juin, nous avons comblé de nombreux postes à la protection civile. Le 16 juin, quand nous avons commencé à combler les postes vacants à la Garde Nationale, il y a eu des petits problèmes” a-t-il affirmé.

“La question qui se pose est: Pourquoi ces postes n’ont pas été comblés pendant de longues années? Certains postes sont restés vides pendant 2 ans voire plus” évoquant ainsi la direction de la lutte contre le terrorisme, ou de celle du renseignement: ”À ce jour, la direction générale des frontières est sans directeur général officiel!”

Pour lui, il était primordial de changer cet état de fait “parce que cela veut dire qu’il y a une fonction stratégique et qui a son importance où il n’existe aucun responsable! Est-ce normal? (...) Que cela se passe pendant des années est irresponsable” a-t-il fustigé.

Ces nominations n’émanent pas entièrement de lui a déclaré Ghazi Jeribi affirmant que ces postes ont été comblés à la suite de propositions effectuées par les directeurs généraux du ministère de l’Intérieur: “Qui sont ces directeurs généraux? Ce sont ceux qui ont travaillé avec l’ancien ministre de l’Intérieur et son prédécesseur. Ce n’est pas moi, ministre de l’Intérieur par intérim qui les ai choisi”.

″Le ministre de l’Intérieur écoute et fait confiance à ces directeurs généraux, et ce dans le cadre de la continuité de l’État, mais il n’est pas obligé de tout accepter à 100% (...) J’ai donc apporté quelques modifications qui ne dépassent pas 5% de l’ensemble des nominations” plaide-t-il.

Alors que certaines rumeurs avaient fait été de nombreux limogeages de sécuritaires, Ghazi Jeribi clarifie: “Soyons clairs: Il n’y a pas eu de limogeages, il n’y a pas eu de mises à pied et il n’y a pas eu de mises à la retraite anticipée”.

“Celui qui veut marquer des points politiques en utilisant cet argument pour justifier l’attentat terroriste, n’a qu’à se trouver un autre argument” a-t-il ajouté.

Un budget non utilisé?

“Nous n’étions pas habitués à des attaques terroristes avant 2012” affirme Jeribi avant de saluer les forces de sécurité et leurs réussites dans de nombreuses batailles: “Tout cela demande des formations, de nouveaux équipements, le développement de nouvelles capacités au niveau du renseignement, et la coopération internationale. C’est la réunion de tout ça qui ont permis ces succès” a-t-il expliqué avant d’ajouter qu’il “ne faut pas que cette attaque ébranle notre confiance en nos capacités et en celle de nos forces de sécurité et de l’armée”.

Le ministre de l’Intérieur par intérim a également fait part de son étonnement de trouver un budget alloué depuis 2015 à l’achat de blindés non utilisé: “Lors de cette attaque qui a touché nos enfants, ces derniers étaient dans des voitures ordinaires, et ce parce que nous n’avons pas assez de véhicules blindés”.

“C’est pour ça que j’ai décidé d’ouvrir une enquête sur la non utilisation de ce budget alloué à l’acquisition de véhicules blindés capables de protéger nos enfants”.

Dimanche, 6 agents de la Garde Nationale ont trouvé la mort et 3 autres ont été blessés dans une embuscade tendue à Ghardimaou, dans le gouvernorat de Jendouba. Celle-ci a été revendiquée par la Phalange Okba Ibn Nafaa, un groupe affilié à Al Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI).

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.