LES BLOGS
06/02/2019 15h:51 CET | Actualisé 06/02/2019 15h:51 CET

L’île (Poème)

Instagram/rymkhene

C’est à toi que je pense aujourd’hui

toi ni terre ni nation ni poussière ni aveu 

mais parcours silencieux de bestiaux hiératiques 

lente rocaille blanchie des transhumances sans répit 

entre les parcelles de salpêtre de soufre et d’adieux

 

c’est toi qu’à la chute de l’horizon je touche 

lente peau brunie de fiançailles sans échéance 

tatouée de l’encre d’une poudre de vieux shrapnels  

récoltés dans des champs printaniers par nos enfants 

mille fois orphelins mille fois affamés mille fois heureux

 

c’est toi désertée à contre temps

par un dernier soldat d’élite aux yeux de feu gris

gêné aux entournures des manches de sa chemise 

lorsqu’il essaye de retrouver son arme dans la nuit  

des énigmes des fantômes de ses maîtres omniscients  

 

c’est toi qui me hantes encore 

toi que j’ai connue si peu aimée si mal

découverte nue dans l’ombre de l’heure carcérale

femme turquoise femme tourment à ton poignet un bracelet 

d’argent intermittent et dans tes yeux l’ardeur sombre des jours à venir